Aller au contenu
Les Final Fantasy Forums
ENNIX

Dragon Age

Messages recommandés

Enfin, Après 69 heures au compteur (et probablement 75-80 en comptant les multiples Game Over), je suis venu à bout de Dragon Age Origin.

 

Que dire de ce jeu? Que je n'ai jamais été aussi en colère à l'égard d'un jeu sur lequel j'ai passé plus de 60 heures depuis Final Fantasy VIII et que ce jeu est un argument en faveur du piratage à lui-tout seul: entre le fait qu'une partie non négligeable du jeu a été maintenue en DLC, le fait que la version console est foireuse au possible et que le jeu est rempli de bugs qui gâchent l'expérience, la seule conclusion est que Bioware ne mérite pas qu'on les paye :furious:

 

Je vais donc commencer par faire la liste de tout ce qui ne tourne pas rond dans ce jeu avant d'aller expliquer dans une seconde partie pourquoi je me suis quand même accroché jusqu'au bout:

 

1. Le foutage de gueule des DLC:

 

Si on excepte Awakening, qui est une véritable expansion, les différents DLC coûtent dans les 40 euros mis bout à bout pour une douzaine d'heures de jeu si on prend son temps. Comment Bioware s'y prend pour convaincre le pigeon de payer la moitié du prix du jeu neuf pour quelque chose qui représente moins de 20% du temps de jeu du produit d'origine? En laissant le joueur entrevoir des aspect du scénario mais en mettant les conclusions dans ses DLC: vous voulez savoir pourquoi les Gray Wardens avaient été banni de Ferelden 200 ans auparavant? Achetez Warden's Keep. Vous voulez savoir à quoi ressemblait la vie de Lelliana avant qu'elle ne devienne une bonne sur? Achetez Lelliana's Song. Vous saviez qu'il est possible d'avoir un Golem dans l'équipe mais qu'on l'a retiré du produit fini par manque de temps? Pas grave, il revient en DLC, etc, etc, etc... Au final, chaque DLC donne une réponse sur un point du scénar délibérément laissé vague dans le reste du jeu, tout en étant expédié en une heure ou deux, et de cette manière Bioware peut arnaquer le pigeon en lui faisant acheter du contenu qui aurait dû être inclus dans le jeu à la base :><:

 

 

2. Le ratage des versions consoles:

 

À la base Dragon Age est un WoW light: on y retrouve, en plus d'une interface qui s'en inspire, un type de progression en niveau semblable qui encourage le joueur à spécialiser chacun de ses personnages (armes à deux mains? paire de dagues? Plutôt combat ou plutôt fabrication de piège? etc...), ainsi que la reprise très simplifié du système de professions qui permet de concocter des potions, des pièges, des boosters diverses pour armes et persos, et l'absence de multijoueurs (et donc d'intelligence humaine derrière chaque personnage) est comblée par une reprise du système de combat Baldur's Gate (mettre le jeu en pause, placer ses personnages et sélectionner leur prochaine action, enlever la pause et observer le résultat de la stratégie choisie). C'est à dire que durant les combats, Dragon Age est censé être joué à la manière d'un T-RPG. L'un des aspects les plus "Baldurien" de Dragon Age est d'ailleurs le positionnement des personnages (mago derrière un tank, envoyer un archer cibler en priorité le sorcier ennemi, positionner ses personnages en dehors de la zone d'attaque d'un gros sortilège, etc...) qui est extrêmement important si on veut avancer sans trop de soucis.

 

La version PC, ce micro-managment est rendu possible via une pause et un contre-zoom qui permet de voir les champs de bataille de haut et de placer ses personnages de manière optimale tout en gérant sans trop de problème chaque personnage individuellement: là où ça coince, c'est que ce mode a été retiré de la version console: ce qui rend le micro-managment des personnages impossible. Résultat des courses, même en faisant trèèèès attention, à peu près 10% des dégâts que mon perso principal (un mago) infligea durant le jeu furent des dégâts collatéraux (à se demander comment l'équipe pouvait me supporter à la fin).

 

Le jeu dispose aussi d'un système de stratégie/gambit/gestion de l'IA qui en théorie pourrait suppléer à cette absence de contre-zoom. L'ennui, c'est qu'à la différence du système de FF12, celui de Dragon Age est beaucoup plus rigide, bien moins ergonomique, et le fait qu'il est impossible de faire du micro-managment comme sur PC contraint le joueur à se contenter des IA débiles fournies par la machine.

 

Enfin, le système de raccourcis pour avoir accès aux différentes techniques/magies de chaque personnage (regardez au bas de l'image) a été littéralement massacré en passant en version console: au lieu de reprendre la méthode de l'arborescence de menus qui a permis aux RPGs nippons de faire face au manque de boutons des manettes de consoles, ils ont créé un système bâtard où on a accès d'un côté à seulement 6 raccourcis (qui usent pas moins de 4 boutons) et où ce manque d'option est très mal rafistolé via un menu en roue qui est tout simplement pas maniable du tout. N'en déplaise aux

 

Le résultat des courses, c'est qu'il est pratiquement impossible de vraiment profiter du défi du jeu: certains passages, qui seraient relativement facile à négocier en version PC deviennent quasi-impossible sur console à moins de diminuer la difficulté, sans compter que les batailles les plus importantes et les boss sont clairement conçues pour être abordée sous l'angle du Tactical RPG (Je place avec précision mes personnages, je calibre précisément mes attaques pour faire un maximum de dégâts à l'ennemi), ce qui est tout simplement impossible sur console: une bonne partie de l'expérience de Dragon Age est perdue quand on joue sur console. La première chose à savoir sur Dragon Age est donc celle-ci: évitez la version console. Si vous avez peur de ne pas avoir de machie assez puissante, attendez d'avoir une machine plus puissante, si vous êtes aussi stupide que moi et avez pris la version console parce que vous n'aviez plus de place sur votre Disque Dur et la flemme de faire le ménage dans vos fichier: Faîtes le ménage dans vos fichiers, quoi qu'il arrive, ne prenez pas la version console: bobox ou PS3, dans les deux cas les conversions sont foireuses, ce qui est d'autant plus inexcusable que d'autres ont su faire des conversion valables de leurs jeux entre ordis et consoles (Oblivion est tout à fait gérable sur console, tout comme Fallout 3).

 

 

3. Les bugs

 

Un énorme problème de Dragon Age, c'est que le jeu est pourris de bugs: il y a les bugs de gameplay, d'abord, voici une petite liste non exhaustive de bugs que j'ai eu à subir pendant ma partie:

 

  • Durant un boss ou une grande bataille durant laquelle des NPCs viennent porter assister à mon groupe, les NPCs bloquent et restent immobiles, statuesques, sur place
  • Durant des combats, mon personnage principal fusionne avec des éléments du décors et ne peut plus bouger, m'obligeant à recharger la sauvegarde
  • Une fois un combat terminé, les personnages restent en mode combat, et les interactions simples avec le décors -par exemple ouvrir une porte- cessent d'être disponibles (alors qu'en temps normal elles sont disponibles même en mode de combat
  • Tous les ennemis d'une zone se pétrifient, et quitter la zone devient impossible: le jeu m'a fait ce coup de manière répétée à l'entrée des Dead Trenches: après une
    , le groupe est censé joindre un groupe de guerrier nains et participer à une
    : il s'agit clairement d'un passage où les développeurs veulent dire "regardez notre jeu comme il est épique": manque de bol, ce passage m'a planté quatre fois
  • À certains moments les sortilèges ne font pas effet: l'animation du sortilège se déroule, on voit le sort d'attaque fondre sur les ennemis, et... rien: la boule de feu? zéro dégât, la foudre à la Palpatine? Ça chatouille même pas les ennemis
  • À d'autres moment, c'est le contraire qui se passe, la machine traite tous les ennemis comme s'ils avaient un seul point de vie, et n'importe quel sort où attaque faiblarde va massacrer n'importe quel ennemi, même les trolls de 4 mètres de haut tombe d'un seul coup de bâton donné par la guérisseuse du groupe. (Bon, je reconnais, vers la fin du jeu, ce bug s'est produit au moment où le chien que l'on adopte en tout début de partie était en train de mener une attaque suicidaire contre un groupe de Darkspawn: résultat des courses: la moitié de l'armée démoniaque qui me faisait face a été littéralement bouffée par Toutoune :0 )
  • Il est en théorie nécessaire de faire des quêtes secondaires ou d'acheter des manuels pour récupérer certaines spécialisations (comme ke duetiste ou le mage guérisseur), mais parfois le jeu se plante: par exemple, je suis à un moment rentré dans un magsin qui vendait le manuel qui donnait accès au job de mage-guérisseur. Je n'avais pas les moyen d'acheter le manuel, donc je décidais de revenir plus tard... sauf qu'après avoir vu le manuel dans le magasin, le jeu débloca l'accès à la spécialité de guérisseur comme si j'avais acheté le bouquin: un grand merci à la machine qui me facilite la vie en ne respectant pas ses propres règles :dry:

 

Ces bugs à répétition gâche énormément le sentiment d'immersion du jeu: mis à part le moment "Mon Chien se prend pour Guts et ça lui réussit", ces bugs sont extrêmement énervant, étant donné qu'ils peuvent planter une partie, rendre le jeu infaisable, ou au contraire pathétiquement facile, ce qui dans tou les cas gâche le fun de l'expérience.

 

Mais il n'y a pas que ça: les bugs saccagent même le déroulement du scénario: par exemple, on se retrouve à un moment face à un enfant possédé: le jeu laisse le choix entre tuer l'enfant afin de bannir le démon qui le possède, exorciser l'enfant avec l'aide d'un mage hérétique qui sacrifie sa mère durant l'exorcisme, ou appeler à l'aide des mages reconnus par les autorités qui peuvent exorciser le gamin sans tuer quiconque. J'ai choisi la troisième solution, sauf qu'après coup le jeu a réagit comme si j'avais choisi la seconde, la mère du gosse que je n'avais donc pas sacrifiée est passé de vie à trépas rendant tout le détour effectué pour pouvoir sauver tout le monde complètement inutile. Un autre exemple: à deux moment il est nécessaire de trancher entre deux candidats qui convoitent un trône: problème, lors du second choix, si vous choisissez le candidat A, le jeu bugue et régit comme si le candidat B avait eu vos faveurs et était monté sur le trône. Un des grands arguments de vente du jeu était le fait de dire que c'était un "vrai" RPG, que le joueur disposait d'une liberté de choix, serait souvent amené à prendre parti et que ses décisions auraient des conséquences sur le fil des événements: hors, pour cause de programmation défectueuse, certains choix que j'ai pu faire en tant que joueur ont été tout simplement ignoré par la machine, qui a continué à tracer son scénario, quand bien même l'histoire qu'elle comptait entrait en contradiction avec les événements précédents.

 

En fin de compte, cette multitude de bugs finit par diminuer assez nettement la qualité du produit: au lieu de s'immerger dans l'histoire, en peste et on grogne en rechargeant une sauvegarde ancienne parce qu'un événement scripté ne s'est pas produit ou parce qu'un bug nous a bloqué lors de la progression dans un donjon.

 

Voilà pourquoi je dis au final qu'il ne faut pas acheter Dragon Age: Bioware nous a refourgué une version pas finie de leurs jeu et ils se sont en plus foutus des joueurs console: l'un dans l'autre, ils ne méritent pas votre argent :furious:

 

***

 

Maintenant passons au reste, à savoir le jeu en lui-même quand il fonctionne correctement et que le gameplay n'est pas complètement saboté dans la version console:

 

Les graphismes:

 

En deux mots: pas extraordinaires.

En une phrase: c'est du WoW HD pour l'essentiel.

La petitesse des zones n'aide pas: on est toujours dans le jardin de mémé (un gros problème de Bioware qui n'arrive jamais pas à faire des grandes zones à explorer dans ses jeux en 3D), et les décors extérieurs ne sont vraiment pas inspirés. L'architecture s'en tire un peu mieux et varie du standard (la plupart des bâtiments) à l'intéressant (l'architecture naine, la grand-route impériale qui est le plus souvent dans le décors lors des déplacements en extérieur). Les ennemis sont très génériques, à part peut-être les abominations et certains démons, quant aux personnages, il ne sont pas trop mal fait, mais l'animation est irrégulière: parfois elle sonne juste, avec notamment un bon travail au niveau des yeux et des mimiques, et parfois c'est raide comme un mauvais spectacle de marionnettes, sans compter que certaines textures de vêtements/armures sont vraiment affreuses

 

 

Les musiques et le doublage:

Les musiques sont à l'image des graphismes: génériques: à part

et les deux morceaux du
, les musiques sont complètement oubliables, et oubliées la seconde où vous poserez la manette. Et si je dit que les deux morceaux du générique de fin sont mémorable, c'est parce que le deuxième vous fait dire "Bon Dieu qu'est-ce que ce TRUC fout dans la conclusion d'un RPG de fantasie? il faudrait faire passer ce mémo à Bioware: si la J-Pop gâche les génériques de jeux, ce n'est pas la peine de changer le pays et le sexe de la chanteuse: ça marchera pas mieux si elle est ricaine et de sexe masculin :dry:

Les voix sont par contre pour l'essentiel une réussite: les doubleurs sont généralement convaincus et convainquant, et les dialogues passent très bien, à la fois parce qu'ils Draon Age est un RPG de fantasie qui se prend au sérieux, et les doublages sont parmis les raisons pour lesquelles le jeu ne plonge pas dans le ridicule.

 

 

Combats et leveling:

 

En dehors de la version console, la mécanique des combat, largement inspirée des Baldur's Gate est intéressante et le jeu offre énormément d'options pour spécialiser les personnages et laisse beaucoup de liberté au joueur dans le choix de ses stratégies. Le système de leveling est partie intégrante de ce système et offre pas mal de souplesse au joueur, en lui donnant accès dès le début à une multitude de techniques qui peuvent être acquises afin de customiser chaque membre du groupe comme il l'entend (bon, les guerriers ne peuvent pas se changer en mage, mais il y a une grande variété de variation possible dans le développement de leur job)

 

 

Quêtes et exploration:

 

Le jeu a été critiqué pour avoir relativement peu de quêtes par rapport à d'autres jeux plus anciens, mais je compte cela comme un bon point pour Dragon Age: au lieu d'avoir 20.000 variations du "Tue x ennemis Y" ou "Rapporte x quantité de l'ingrédient Z" la plupart des quêtes sont au contraire intégrées à la trame générale et offre un aperçu sur l'univers de Dragon Age, soit via des informations qui n'affectent pas la quête principale mais montre la profondeur du background (comme par exemple l'existence d'un trafic de fausses reliques, ou bien davantage de détails sur le fonctionnement assez particulier de la noblesse locale), soit en permettant au joueur d'en apprendre davantage sur les membres de son groupe (une autre spécialité de Bioware: espacer les cinématiques qui décrivent la personnalité de chacun des héros de quêtes secondaires: simple mais toujours efficace), soit en ayant une influence imprévue sur la conclusion du jeu, et ainsi de suite. Un gros travail a été fait pour insérer les quêtes secondaires dans la trame générale du jeu et de l'univers, et les quêtes elles-mêmes sont assez variés et incluent peu de "retraverse une énième fois la région que tu viens de terminer".

 

L'exploration est par contre beaucoup moins réussie: cela est dû à plusieurs facteurs:

 

le côté "Jardin de mémé" tout d'abord: chaque zone individuelle est horriblement petite: je regrette, mais quand la grande forêt censée occuper le quart du territoire de la contrée où se déroule le jeu se compose de trois minuscules zones plus petites mises ensembles que la petite forêt qui sert de zone de Tutorial à Twilight Princess, il y a un problème. De plus, cela crée ce phénomène où on peut trouver l'introduction ou la résolution de 6 ou 7 quêtes dans un espace grand comme un demi terrain de foot. Les donjons sont un peu plus respectables (les dévelopeurs sont clairement plus à l'aise avec les décors intérieurs), mais cela ne fait qu'exacerber par comparaison la petitesse des zones extérieures.

 

Rajoutons à cela que certaines zones laisse l'impression d'avoir été conçues quand les graphistes aprennaient encore à se servir du moteur 3D, comme Redcliffe et ses arbres digne de la Nintendo 64 en arrière plan (d'ailleurs, en parlant de Redcliffe, ce patelin est censé être à la fois la citadelle qui garde la frontière du royaume de Ferelden et la porte d'entrée de la principale route commerciale du royaume: quand une localité est fondée à un point stratégique le long d'une route commerciale, cela donne une métropole, PAS un village), ou, une fois encore, la forêt brecilienne, qui en plus d'être minuscule ressemble à une succession de tranchées avec quelques arbres plantés ça et là

 

Enfin, le jeu réutilise la formule du "On vous donne 4 endroits à visiter dans l'ordre que vous voulez" (comme dans Kotor et Mass Effect), qui dans un premier temps donne une impression de grande liberté, mais se révelle finalement être beaucoup plus linéaire que prévu vu qu'une fois que vous avez choisi l'une de vos quatre destinations, vous êtes pour l'essentiel amené à vous déplacer du point A au point B: le jeu manque cruellement de carrefours ou d'interconnexions.

 

Rajoutons que l'un des arguments de vente du jeu est de le présenter comme un "vrai" RPG, où les décisions prises ont toujours des conséquences lourdes et où les choix ne sont pas moralement simplistes.Ce n'est que partiellement vrai: les choix fait aux points cruciaux de chaque quête principale ont des c#nséquence sur la dernière bataille du jeu et sur l'épilogue, mais à part ouvrir ou bloquer l'accès à quelques quêtes secondaires, ces choix pèsent peu sur le déroulement du jeu. De plus, les choix offerts sont rarement ambigus: tout simplement parce qu'il y a souvent soit une option de compromis qui satisfait tout le monde (le conflit entre les loups-garous et les elfes, la quête de l'exorcisme où il est possible de sauver tout le monde -sauf que la machine n'en tient pas compte :><: ), soit parce qu'un choix est clairement meilleurs que l'autre (Deux nains s'affrontent pour la possession d'une enclume: l'un des deux est complètement cinglé et a massacré son propre clan: elle est où l'ambiguïté?). Certes, la fin du jeu oblige le joueur à faire des choix entre plusieurs options pas forcément plaisantes, mais l'idée selon laquelle le jeu resterait ambigu et obligerait le joueur à faire beaucoup de choix difficiles est clairement exagérée.

 

 

Les Persos et le Scénar:

 

Le scénario et les personnages de Dragon Age sont, excessivement classiques et archétypaux: les scénaristes ont pour l'essentiel pris le manuel de l'héroic fantasy tolkiennesque et y ont introduit quelques variations qui sont certes intéressantes (les mages sont les héritiers d'une aristocratie défaite et réduite à la servitude, les nains fonctionnent selon les règles d'une pseudo-démocratie/société de caste, la civilisation elfique est pour l'essentiel un mythe à moitié oublié et les elfes ne sont en fin de compte que des humains à oreilles pointues, le Royaume de Ferelden est plus connu pour ses chiens que pour sa culture militaire, sa noblesse est une assemblée de propriétaires terriens, qui ne sont pour l'essentiel que des gros fermiers près de leurs sous, le royaume de Ferelden reste très médiéval alors que le reste du continent est en pleine renaissance, etc...), mais ne changent en fin de compte les thématiques principales que de manière très marginale.

 

Si ce jeu ne gagnera aucune récompense pour l'originalité de son scénario, son univers est par contre très fouillé: le codex qui se rempli au fur et à mesure que l'on avance (à la manière de celui de Mass Effect) fourmille de détails, d'anecdotes, de récits et de descriptions qui participent à rendre Thedas (le continent où se déroule le jeu) vivant et intéressant: bien que souvent clichés, ses aspects de l'histoire amènent le joueur à s'attacher au monde qu'il traverse, à chercher à en savoir davantage et rentrer de plein pied dans l'histoire (du moins jusqu'à ce que les bugs se ramènent et gâchent le tout :><: ).

 

La même chose peut être dite des personnages: ils suivent pour la plupart des clichés bien établis, à tel point qu'on peut vite remarquer que Shale est pompée sur HK-47 de Kotor, que le Qunari Sten est un guerrier meurtrier sur le champs de bataille mais qu'en réalité c'est un poète dans son cuuuuuur et qu'il se bat avec violence parce qu'il est issu d'une culture guerrière, comme Zu de Jade Empire, Wrex de Mass Effect, Canderous dans Kotor..., Morrigan qui est la version magotte de Ashley Williams (Mass Effect) et Silk Fox (Jade Empire), c'est à dire la miss "Je démontre ma fortitude en traitant le personnage principal comme une m##de jusqu'au moment où il me tend une oreille complaisante ce qui me permet de lui raconter mes malheurs plutôt qu'à un psy".

 

Heureusement, la qualité de l'écriture des dialogues rend malgré cela les personnages intéressants et leur passé, motivations et personnalité sont suffisamment travaillés et détaillés pour que l'aspect cliché soit indolore. Comme pour le monde de Dragon Age, on s'attache au personnages et le rajout de dialogues impromptus entre les personnages quand ils sont placés dans le même groupe fait qu'ils n'interagissent pas exclusivement avec le personnage principal, ce qui renforce l'idée de suivre la quête d'un groupe et non l'aventure de l'avatar du jouer et sa suite de drones. Le jeu contient également énormément de NPCs qui, s'ils sont loin d'avoir autant de temps à l'écran que les membres du groupe principal sont souvent suffisamment travaillés pour être intéressants.

 

Au final, le scénario et les personnages de Dragon Age sont le point fort de ce jeu, non pas pour leur maigre originalité, mais pour le travail qui a été dédié à rendre l'univers et ses habitants vivants et crédibles: en terme de récit, Dragon Age est une histoire extrêmement classique, mais c'est un classique ciselé avec soin.

 

***

 

En fin de compte, les points forts de Dragon Age se trouvent dans son scénario (classique mais efficace) la bonne implémentation des quêtes secondaires, la souplesse du système de développement des persos, et si on joue sur PC, le système de combats. Cela fait beaucoup de points forts qui suffisent à rendre les faiblesses inhérentes au jeu, tel sa médiocre qualité graphique (je le répète, Twilight Princess a plus de gueule, et c'est un jeu Game Cube à la base), sa linéarité, ou encore le fait que l'ambiguité promise est en réalité très édulcorée, excusables.

 

Par contre cela n'excuse ni le foutage de gueule des DLC trop chers, ni le massacre de la conversion console, ni tous ces bugs à répétition. :furious: On se retrouve donc avec un cas paradoxal, un jeu qui mérite que l'on s'y intéresse, mais commercialisé par une compagnie qui a tellement mal bossé qu'elle ne mérite pas qu'on passe à la caisse. Voilà pourquoi malgré ses énormissimes problèmes, je me suis accroché à Dragon Age jusqu'au bout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

fichtre, ça c'est de la présentation !

 

à peu près 10% des dégâts que mon perso principal (un mago) infligea durant le jeu furent des dégâts collatéraux (à se demander comment l'équipe pouvait me supporter à la fin).
:><: :><: :><:

 

bon en gros : si un jour il me prend de le faire, mieux vaut que ce soit en version pc !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

voila, c'est un peu ce que j'allais dire : en gros faut le faire sur pc et c'est quand meme un peu beaucoup du gachis vu que ce jeu pourrait etre le top du top sans des developpeurs foireux (j'ai bien resumé?)

 

cela dit, je te remercie parce que je voulais me le prendre mais tu (et zuzu aussi si je me souviens bien) m'en aviez dissuadé (en tout cas, pas sur console) la au moins avec ton pavé, je sais le pourquoi du comment.

 

En résumé je le prendrais pas, les bugs, ca me saoulerait de trop, j'ai usé mon quota patience avec the last remnant sur ce point (et les ralentissements et les freeze aussi) je pourrais plus le supporter

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En résumé je le prendrais pas, les bugs, ca me saoulerait de trop, j'ai usé mon quota patience avec the last remnant sur ce point (et les ralentissements et les freeze aussi) je pourrais plus le supporter

 

J'avais installé la version PC de Last Remnant sur l'ordi de mon père, et il tournait assez bien, même si certains passages saccadés me font soupçonner que les ralentissement en été traité par une baisse radicale de frame rate sur PC.

 

Note tout de même que j'ai l'impression que Bioware traite mieux les usagers de la version PC et qu'avec le temps des mods amateurs devraient régler la plupart des problèmes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon je vais répondre aussi, vu que j'ai pu faire le jeu, sur PC par contre.

Du coup, mon avis va différer sur certains points - et dans le reste je vais confirmer ce que dit ENNIX. :p

 

1. Le foutage de gueule des DLC:

 

[...] Vous voulez savoir à quoi ressemblait la vie de Lelliana avant qu'elle ne devienne une bonne sur? Achetez Lelliana's Song. [...]

 

Je ne me souviens pas exactement des autres exemples, enfin si, le Golem c'est un DLC qui se trouvait directement à la sortie du jeu, mais en ce qui concerne Lelliana, j'ai souvenir d'avoir pu faire sa quête sans problème. Ou alors s'agit-il d'un DLC complétant encore plus l'histoire ? Du coup, je me demande si encore plus de parties de scénario de la version console sont passés en DLC. A part ça, quand j'ai fait le jeu, le nombre de DLC était ridiculement bas, soit le Golem et une autre mission, et ne m'a pas gêné plus que ça dans l'histoire.

 

2. Le ratage des versions consoles:

 

Le système de gambit est beaucoup beaucoup moins poussé que sur FF XII, c'est évident, et en tant que puriste joueur de Baldur's Gate, je l'ai désactivé quasiment dès le début. Et même pour les animaux que j'invoquais. En tout cas, il faut savoir que même sur PC, beaucoup de combats sont difficiles, même en utilisant la pause, et je ne parle pas des combats optionnels contre des Dragons, contre des Spectres et leurs armées, contre les liches cachées en ville, qui sont vraiment très très dur. Sans cet aspect T-RPG, je vois même pas comment les passer...

 

3. Les bugs

 

Là encore, ça doit être inhérent à la console.

J'ai eu quelques bugs aussi de ma part, mais c'était plus des incohérences sur certains dialogues privés, pas dans la trame, et je n'ai pas souvenir de nombre de bugs de jeu non plus.

Bioware doit vraiment se foutre de la gueule des joueurs console en fait. :p

 

 

Les graphismes:

 

C'est beau sans être incroyable. Les intérieurs sont riches et vastes, avec nombre de détails qui font plaisir à l'il, alors que les extérieurs ne respirent pas l'immensité. Dans un sens, je ne trouve pas que c'est un problème, parce que je préfère de petites zones où il se passe des choses, qu'avoir 50 zones de vide. Là où ça me gène, c'est que non ce n'est pas moche, certains coins sont même agréables, mais par contre, ça ne respire pas du tout l'immensité. Redcliffe est une bourgade de paysans avec 30 habitants à tout casser. La tour des mages est une bibliothèque. A côté de ça, j'ai apprécié la ville, dont on peut ressentir la taille (et qui fait penser à celle de BG2). La sorte de cathédrale dans la ville tout à l'ouest est magnifique - avec les tarés religieux.

 

En gros, le beau et le moins beau, l'ingénieux et le basique, un peu tout se côtoie, et les belles zones nous font regretter celles qui sont pauvres.

 

 

Les musiques et le doublage:

 

De mémoire, aucune musique ne m'a marqué. Mais vraiment aucune !

Pour le doublage, rien à dire par contre, Bioware semble avoir trouvé une bonne équipe là dessus pour ses licences.

 

 

Combats et leveling:

 

Autant le système de soin automatique après chaque combat peut sembler déroutant, autant le parti pris par Bioware m'a beaucoup plu. Pour compenser ce soin automatique à chaque combat, ils ont instauré un système de blessure à chaque fois qu'on personnage finit assommé. Quand il se relève, il se prend un malus (plus de dégâts, moins de force, armure cassée, magie longue à invoquer, etc) cumulables, et qui ne partiront qu'au prochain dodo ou à l'utilisation d'objets de soin spécifiques.

 

A côté de ça, les combats faciles n'existent pas, dans la mesure où chacun d'entre eux peut mener à un mort dans l'équipe.

Et surtout, on peut faire le jeu sans soigneur, et ça j'ai beaucoup apprécié. D'autant plus quand le seul healer du jeu meurt 1h ou 2 plus tard... XD

L'aspect craft de potions est très intéressant, et le seul moment où j'ai ressenti un manque de ne pas avoir de médecins, c'est lors des combats optionnels. Que j'ai réussi, au passage.

Ne pas avoir de médecin, c'est avoir un tank de plus, ou un magicien, ou un archer.

 

Les combinaisons lors des niveaux sont intéressantes, on peut vraiment personnaliser ses bonshommes.

 

 

Quêtes et exploration:

 

Le nombre de quêtes est largement suffisant à mon goût, en tout cas en proportion à la durée de vie de la trame principale.

Elles ont souvent une utilité dans l'histoire, et certaines des quêtes vraiment optionnelles demandent de la jugeotte - les quêtes de la tour des mages, avant que je découvre le bouton pour révéler les items et les zones à cliquer. T_T

 

Pour revenir à ce que je disais plus haut, le soucis n'est pas la taille des zones à mon goût, mais la façon dont elles ont été ressorties.

On n'arrive pas à ressentir le fait d'être dans une grande ville, ou dans une forêt immense, ou dans... Bon, les nains ont été gâté, ils ont un territoire tellement énorme que, malgré leur univers intéressant, ça me donne pas envie de refaire le jeu.

 

 

Les Persos et le Scénar:

 

Le scénario est complètement classique, tout en offrant des perspectives vraiment intéressantes. Le jeu ne se cache pas de pomper des références de partout.

 

Les nains et leur système de caste très politisé nous plonge dans une atmosphère étouffante et dépressive. Les elfes donnent envie qu'on les achève,

et de toute façon, l'esprit de la forêt et ses loup-garous est trop mignonne pour que je la trahisse, du coup les pauvres meurent à chaque fois.

Tout en nous présentant des stéréotypes à tous les coins de rues, les personnages et les peuples restent intéressants parce qu'il s'agit de stéréotypes à la fois maîtrisés et tournés en dérision.

 

C'est un plaisir de voir Bioware casser du sucre - mais gentiment - sur ses personnages.

On peut un peu comparer ça à des films comme Aliens (le 2ème), où l'originalité n'est certes plus de mise, mais où l'on joue avec le spectateur en maîtrisant son sujet à la perfection, en en mettant plein les mirettes, tout en cassant les codes du genre de temps en temps pour ne pas rester dans du déjà-vu. Tout à fait d'accord avec ENNIX sur ce point aussi.

 

***

 

N'ayant pas eu à supporter le mode console à s'en arracher les cheveux, ni les bugs récursifs, mon expérience a été plus concluante que celle d'ENNIX.

J'ai bien aimé le jeu, tout en déplorant des petits défauts par ci par là, ne me donnant pas envie de rejouer comme a su le faire Mass Effect. Parmi ces défauts, je dirais la longueur du jeu, qui est justement intéressante (70h de jeu me parait une bonne moyenne), mais certaines zones sont si peu libres, dans le sens où quelques soient les choix, il faudra se les payer, que ça démotive un peu. Le reste, je l'ai exposé un peu plus haut. :p

 

Je le referai un jour probablement.

Un peu avant que le 2 ne sorte, j'imagine !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mais en ce qui concerne Lelliana, j'ai souvenir d'avoir pu faire sa quête sans problème

 

La quête de Leliana incluse dans le jeu même est ne des quêtes "de loyauté" classique: quand tu arrive à un certain niveau d'appréciation de sa part, elle t'avoue qu'elle se cachait à Ferelden et tu as l'opportunité d'aller tuer son ex-patronne ex-tout-court qui a envoyé des assassins après elle. Le DLC est en gros un flashback qui montre directement ce qui s'est passé avant que Leliana se fasse bonne sur, donc au lieu d'une ellipse du type "Marjolaine m'a fait des choses terribles" tu voit directement les événements. En soit l'idée est pas mauvaise, mais 5 euros pour une à deux heures de jeu, c'est assez clairement abusé.

 

 

Sans cet aspect T-RPG, je vois même pas comment les passer...

 

T'as deux solutions: soit tu passe en difficulté "casual" (qui a zéro challenge et est pratiquement un debug mode sur console) soit tu souffre et refait 25 fois certains passages en normal ou hard. Étant quelque peu égotique, j'ai cherché à faire tout le jeu -sauf passages buggés- en mode Hard: c'est finissable, mais certains passages sont très frustrants, et il y a des moments où le jeu est simplement impossible sans diminuer la difficulté (genre, la défense de Redcliff: le propriétaire de Bar devient complètement suicidaire et fonce sur les ennemis avec son petit couteau au lieu de rester près de l'église avec les miliciens: c'est l'IA qui déc#nne)

 

 

Bioware doit vraiment se foutre de la gueule des joueurs console en fait

 

Clair: Bioware a été critiqué pour faire des jeux trop "console" et ils ont présenté Dragon Age comme un jeu PC, mais comme pour des questions de marché PC en complète déliquescence, ils ont quand même converti le jeu pour les consoles, mais l'ont fait à la va-vite. Apparemment ils ont retenu la leçon puisqu'ils ont annoncé que le développement de DA2 se ferait en parallèle pour les versions consoles et PC et ont promis que le gameplay console aurait ce coup-ci toutes les fonctions du gameplay PC: gardons espoir.

 

 

Là où ça me gène, c'est que non ce n'est pas moche, certains coins sont même agréables, mais par contre, ça ne respire pas du tout l'immensité. Redcliffe est une bourgade de paysans avec 30 habitants à tout casser. La tour des mages est une bibliothèque

 

On est bien d'accord: certains endroits sont tout simplement trop minuscules pour être crédibles. La tour des mages est un cas particulièrement gavant parce qu'elle apparaît beaucoup plus grande vu de l'extérieur qu'une fois à l'intérieur (mais franchement, je pense que les producteurs de JVs ne parviendront jamais à faire une tour d'habitation crédible à moins d'engager un architecte)

 

 

Et surtout, on peut faire le jeu sans soigneur, et ça j'ai beaucoup apprécié. D'autant plus quand le seul healer du jeu meurt 1h ou 2 plus tard... XD

 

D'un autre côté, le coût en potions (ou simplement en ingrédients) peut devenir vite prohibitif...

Note tout de même que Shale (le Golem) peut également servir de healer, c'est juste une spécialité que personne ne remarque :p

 

Ne pas avoir de médecin, c'est avoir un tank de plus, ou un magicien, ou un archer.

 

Ou tu donne à ton médecin la spécialisation Arcane Warrior et tu te retrouve avec un tank guérisseur. Soit-dit en passant, l'origine Mage crée l'un des personnages les plus déséquilibrés de l'histoire des RPG: il est tout simplement possible de transformer son mago fragile du début en tank surarmé qui peut guérir/ressusciter ses coéquipiers ET convertir ses points de vie en Mana s'il boit la potion d'Avernus: tous les avantages du guerrier, aucune des faiblesses et une réserve de Mana quasi-illimité: bonjour l'équilibre du gameplay.

 

 

Les elfes donnent envie qu'on les achève

 

Tu sais qu'il est possible

de trouver un moyen de mettre fin à la malédiction des loups garous sans trahir les elfes

: c'est d'ailleurs un problème du jeu: on nous vend une histoire soit-disant avec une moralité ambigue, mais en réalité, neuf fois sur dix, il y a toujours une solution clairement meilleure que les autres ou un moyen de ménager tout le monde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui, dans ce cas je n'ai pas vu les DLC pour l'histoire de Lelliana. :p

 

C'est clair qu'il aurait été plus sympa de créer un pack sur le passé de tous les persos du jeu, quitte à le faire payer un peu plus cher, plutôt que vendre des trucs qui se finissent en deux heures chacun, et qu'au final on paye limite le prix du jeu complet pour ça - ou l'équivalent en points. Le pire, c'est que le ratio DLC acheté/temps consacré à sa programmation doit être rentable.

 

Pour les combats optionnels, je vais prendre par exemple les sortes de super chevaliers mort-vivants dans la forêt des elfes, même en utilisant le mode pause, et à vrai dire en en abusant à mort, en consommant plein de potions, en utilisant le plus possible d'appâts et de combinaisons, il m'a fallu de nombreuses tentatives pour en venir à bout. Un peu pareil pour les dragons ou la liche dans la maison de la ville. En fait, j'ai tué la liche juste avant de finir le jeu. Et rien que de me souvenir de ces combats, difficiles mais intéressants, j'ose pas imaginer le massacre, même en easy, sur console. Déjà que suivre la trame ça devait pas être drôle tous les jours. :p

 

Redcliffe est un bon exemple, sa défense est vraiment très, très difficile.

Et ces boulets d'alliés qui vont se suicider dans les rangs adverses alors que je leur filais des potions.

 

---

 

Pour les potions, au début aussi je trouvais le coût assez prohibitif, mais en fait, il n'y a pas besoin de tout l'équipement, alors en revendant les morceaux en trop - contrairement à Baldur's Gate où on pouvait faire une collec' de 50 armes et avoir les moyens de tout acheter au jeu - on a largement les moyens de se faire les potions par centaines ! Par contre, pour l'Arcane Warrior, je te fais confiance, j'ai oublié comment il fonctionnait et les skills qu'il pouvait débloquer. :p

 

Et les histoires qui se terminent bien, hmm... Oui, j'avoue que j'ai pas tenté.

Chez les nains, j'ai

rendu esclave les golems, chez les loup-garous j'ai tué le leader elfe et ses séides, le reste du village était en vie, tout le monde est mort chez les fanatiques, les mages... Wynn est morte aussi, j'ai tué le fiston et sauvé la mère aussi, enfin un vrai bâtard dans la plupart des coups, j'avoue. :p

 

Mais je pense tenter de garder la surprise pour une autre partie quand le deux sera pas loin de sortir !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pour les combats optionnels, je vais prendre par exemple les sortes de super chevaliers mort-vivants dans la forêt des elfes, même en utilisant le mode pause, et à vrai dire en en abusant à mort, en consommant plein de potions, en utilisant le plus possible d'appâts et de combinaisons, il m'a fallu de nombreuses tentatives pour en venir à bout

 

Toujours dans la catégorie "le Mage est bien trop puissant pour l'équilibre du gameplay", je te répondrait qu'en utilisant ton Warden Mage et Wynne et en employant les buffs et sorts de soins, tu peux l'emporter sans ruiner tes réserves.

 

Sinon t'as la technique Toutoune: équipe trois personnages d'armes à distance, met les hors de porté de l'ennemi, puis utilise le chien pour appâter le revenant vers une zone à porté de tir de tes archers, voire tu rajoute des pièges sur le chemin :p

 

 

Et ces boulets d'alliés qui vont se suicider dans les rangs adverses alors que je leur filais des potions.

 

Ha oui: sur console, tu ne peux pas leur filer des potions :p ce qui signifie qu'ils doivent survivre avec leur unique (et parfois minuscule) barre de vie, ce qui ne facilite pas la partie...

 

 

Par contre, pour l'Arcane Warrior, je te fais confiance, j'ai oublié comment il fonctionnait et les skills qu'il pouvait débloquer

 

Ho, c'est très simple: l'arcane Warrior utilise la magie pour augmenter sa force physique ce qui se traduit par le fait que le mage utilise sa statistique de magie en lieu et place de sa statistique de force, ce qui lui permet d'équiper n'importe quelle arme et armure. Ses sortilèges incluent deux booster d'attaque physique, un booster de défense physique, ET la capacité passive (qui donc est toujours active et ne coûte rien) d'être en permanence à moitié dans le Fade, c'est à dire que certains coups lui passent tout simplement au travers, façon Gnosis de Xenosaga (et après on se demande pourquoi l'ensemble de la population de Thedas est terrifiée par les mages :p )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Toujours dans la catégorie "le Mage est bien trop puissant pour l'équilibre du gameplay", je te répondrait qu'en utilisant ton Warden Mage et Wynne et en employant les buffs et sorts de soins, tu peux l'emporter sans ruiner tes réserves.

 

Sinon t'as la technique Toutoune: équipe trois personnages d'armes à distance, met les hors de porté de l'ennemi, puis utilise le chien pour appâter le revenant vers une zone à porté de tir de tes archers, voire tu rajoute des pièges sur le chemin :p

 

J'avoue que mon choix de deux tanks n'était pas des plus judicieux, ma prochaine partie comprendra deux mages, mais toujours pas de soigneurs, faut pas pousser, j'suis pas du genre à aimer passer trois heures sur un boss pour me la jouer combat contre Der Richter. :p

 

Par contre, c'est clair que l'Arcane Warrior donne envie semble totalement abusé. Je m'étais contenté des skills spéciaux magiques du Blood Mage et d'une sorte d'élémentaliste - je crois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À la limite, si tu fais pas gaffe, tu peux te faire avoir par excès de confiance et faire prendre à ton perso trop de risques, mais d'expérience, je sais que la méthode Palpatine (Balancer une série de sortilèges de foudre à distance, sortir l'épée, foncer dans le tas) est une technique qui marche très bien :p

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ou alors, la technique Donjons & Dragons !

 

1° Posséder des Guerriers/Clercs/Tanks pour le soin. S'assurer qu'ils aient toutes les armures lourdes.

2° Avoir un druide/invocateur pour avoir des cibles.

3° Avoir des machines à lancer boule de feu sur boule de feu sur boule de feu pendant toute la partie.

 

Étrangement, ça marchait pas terrible dans Dragon Age. Pourquoi ? La boule de feu est trop puissante, trop de dommages collatéraux... :p

Mais ma première partie de Baldur's Gate II s'était résumé à des lancements de nuages de mort et de boule de feu sur fond de coup d'épée pour achever les morceaux. :x

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu sais que ton point 3 m'a fait penser à ta vision de Sasuke ? Je te laisse imaginer toutes les dérives et les implications maintenant, mais je ne doute pas que ça t'amusera.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu viens de me donner envie de créer un personnage dans un jeu D&D avec les traits : incantation muette, incantation rapide, et même celui qui empêche d'avoir besoin de ses mains.

On l'équipe avec des sorts d'illusions, les labyrinthes, quelques boules de feu, et on lui met une tenue sombre et gothique avec une couronne au lieu d'un casque et des canifs en tant qu'armes.

 

Je crois qu'il y a un concept à exploiter.

 

Edit : Faut pas oublier les sphères d'invulnérabilité et les désintégrateurs de protection magique !

Edit 2 : Main Électrique, en souvenir du tome 12 ou 13 ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Étrangement, ça marchait pas terrible dans Dragon Age. Pourquoi ? La boule de feu est trop puissante, trop de dommages collatéraux...

 

D'un autre côté, comme ce sort se déclenche instantanément (pas de délai d'invocation), il est assez facile de l'employer en tout début de combat pour surprendre les ennemis.

Un autre avantage du mago/guérisseur est qu'on peut balancer un sort bien puissant, et tout de suite après lancer un sort de guérison pour réparer immédiatement les dégâts collatéraux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est pas faux !

Mais le jeu reste possible sans avoir de soigneur, et ça je trouve que c'est très sympathique.

Forcément, ça force à taper vite et fort, et à bien se placer, le seul sort vraiment utile - en guérison - étant celui qui permet de relever un personnage tombé au combat.

 

Après, la boule de feu est jouable quand même, foi d'élémentaliste. :D

Mais ça fait bizarre de voir le sort abusé dans tous les jeux D&D se faire encore plus booster dans Dragon Age.

 

Enfin même si certaines classes sont pas équilibrées, il reste possible de faire des choses avec toutes. Même les carrières de voleur - qui ont été un peu bridées depuis Baldur's Gate II il est vrai, mais elles le méritaient.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.
Remarque : votre message nécessitera l’approbation d’un modérateur avant de pouvoir être visible.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×
×
  • Créer...