Aller au contenu
Les Final Fantasy Forums
Spartan

Final fantasy 4

Messages recommandés

Molochai    8

from FFWorld -->

 

Le dernier numéro du magazine japonais Famitsu contient le test croisé de Final Fantasy IV DS. Sans plus attendre, voici les quatre notes fatidiques : 9, 9, 8, 9. Ce qui nous fait donc 35/40, un score tout à fait honorable. Voyons plus en détail ce que disent les rédacteurs du magazine.

 

La version DS du jeu ressemblerait presque à un tout nouveau jeu, et ce pas seulement avec le passage à la 3D, mais aussi parce que les améliorations apportées sont bien plus importantes qu'avec le remake GameBoy Advance. La mise en scène des cinématiques, par exemple, est réussie. Cela dit, malgré les nouveaux épisodes, l'histoire reste fondamentalement la même que dans l'épisode original.

 

Du côté du gameplay, les améliorations semblent aussi de qualité. Le decant ability system, qui permet de récupérer les compétences des personnages qui quittent le groupe, apporte de la variété dans le développement des personnages. Le système de combat automatique rend quant à lui les affrontements plus faciles. Pendant les combats contre des boss, les développeurs ont choisi de changer l'angle de vue, ce qui accentue la tension selon Famitsu. En dehors des batailles, le magazine indique que la carte des niveaux, qui apparaît sur l'écran inférieur, est très simple à lire.

 

Final Fantasy IV sur DS est prévu pour le 20 décembre prochain au Japon. Maintenant, on aimerait bien confirmation de sa sortie dans le reste du monde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je m'excuse d'avance pour ne pas pouvoir mettre de lien ou encore mettre une citation, j'espère qu'une bonne ame charitable s'en occupera.

Une news sur ffworld concernant une suite de FFIV sur téléphone portable, traduit plus clairement, une suite que l'on aurait aimé, mais que l'on verra certainement jamais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Molochai    8

yep ^^'

 

citation de FFWorld -->

 

Square Enix vient de dévoiler un tout nouveau jeu intitulé Final Fantasy IV The After -Tsuki no Kikan- (le retour de la lune). Comme son nom l'indique, il s'agit d'une suite à FFIV. Ce que le nom n'indique pas, en revanche, c'est que vous pouvez arrêter de baver dessus dès maintenant : il s'agit d'un jeu sur téléphone portable. Si. Je vous jure. Fuck you les Occidentaux, en d'autres termes. [...]

 

Ce RPG se déroule après le jeu original et propose d'incarner Theodore, descendant de Cecil. Une date de sortie a d'ores et déjà été annoncée : février 2008 pour les téléphones FOMA 903i du réseau NTT DoCoMo, printemps 2008 pour le réseau au. Au Japon, bien sûr, car il est inutile d'espérer voir arriver ce jeu en Europe. Regrettable décision... Le mouvement d'indignation provoqué par cette annonce arrivera peut-être aux oreilles de Square Enix. On peut l'espérer, en tout cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Spartan    0

Ouais, personne n'est motivé pour nous sortir un émulateur pour téléphones FOMA 903i du réseau NTT DoCoMo + un patch en anglais (je suis pas exigeant) du jeu ? Nan ? Personne ? Tant pis...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quetzal    1

Tiens le test de gameklut sur FF IV vient juste d'être publié. Et l'impression est plutôt mitigé...

 

 

Moins de deux ans après le remarquable retour du prince des RPG sur la GBA, voici venir un second remake, sur la console star du moment cette fois. S'il avait connu les jeux vidéo, Maupassant ou tout autre homme de lettres aurait certainement dit "Tant va la rom au remake, qu'à la fin on se lasse". Et effectivement, comme une belle femme accro aux choux-fleurs, nous sommes là devant un bonheur en demi-teinte. La question étant plus "comment" que "pourquoi".

 

Jusqu'à ce que Final Fantasy IV arrive sur le créneau, on ne peut pas dire que la dramaturgie était une des vertus principales du RPG à la japonaise. Certes, il y a toujours eu quelques incursions comme Far East of Eden : Ziria, mais d'une manière générale, les retournements de situation, les agents triples, et autres surprises dramatiques ne sont réellement apparus qu'avec ce titre, qui fit date lors de son arrivée en 1991 sur Super Nintendo. Dès lors, plus rien ne sera pareil, et à force de trembler pour Cecil, de vibrer pour Rydia, de kiffer Kain et de rire aux facéties de Edge, les concepteurs ont compris qu'il s'agissait là de la voie à emprunter. De la lutte épique de Cecil, le chevalier noir, contre son roi dont les agissements étranges le forcent à fomenter une révolte à la rédemption d'un héros au passé sombre, ainsi que sa rencontre avec de nombreux autres héros qui connaîtront tous un destin tragique au cours de l'aventure, le scénario est désormais un tel classique qu'il serait insultant de la résumer simplement une fois de plus ici. Cette intrigue, qui fit date dans l'histoire du RPG, mais aussi dans le coeur des joueurs, se voit donc une fois de plus exploitée ici, avec l'utilisation de la 3D, permettant de raconter autrement des évènements déjà connus de tous, ou presque.

 

Spoil à frire

 

 

Le joueur ému devant tant de dramaturgie ludo-numérique sera donc comblé par les rares séquences parlées. Les doubleurs sont dans le ton, et le design en 3D des personnages est suffisamment baroque pour coller aux charmants designs de Yoshitaka Amano. Le village de Rydia, la rédemption de Cecil, la fiancée de Gilbert, tous ces passages émouvants se trouvent sublimés par une mise en scène sobre et efficace. Ces incursions touchantes ne sont malheureusement pas légion, et seront distillées au compte-goutte, tous les évènements importants ne bénéficiant pas de ces superbes entrefilets. C'est ici que le premier problème, purement narratif se pose en terme de mise en scène. Le principal argument de ce nouveau "nouveau" FF IV, nous montrer ce que nous ne faisions que nous imaginer jusqu'à présent, est légèrement caduc. Manque de place ou de temps, certains retournements de situations sont mis en scène comme à l'époque, mais devenant complètement ridicules car en 3D. Des personnages crient ou courent pour rejoindre des compagnons qui sont en face d'eux, des traîtres qui n'ont que deux pas à faire pour s'enfuir sans être inquiétés par les autres personnages... tout cela était pardonné lorsque mis en scène par des petits sprites de quelques pixels de haut. Mais face à des modèles 3D proposant une mise en scène "plausible", user des mêmes artifices simplistes que pour la 2D est tout simplement choquant du pur point de vue de la narration. Ce que l'on pardonne au minimalisme de la 2D devient inacceptable pour le spectateur lorsqu'il s'agit d'environnement 3D. De ce point de vue-là, donc, FF IV ne remplit pas vraiment le contrat, la révolution du narratif et du scénique n'étant faite qu'à moitié.

 

 

Reste donc une réalisation qui est censée faire plaisir. Certes, le design des personnages en 3D est extrêmement plaisant, et voir tous ces héros que l'on aime déjà dans des postures inédites ravira le coeur du fan. Voir la petite Rydia sautiller lorsqu'un objet lui convient dans le magasin, Cecil jouer le beau ténébreux en relevant la visière de son casque, ou Kain poser comme un chevalier du zodiaque lorsqu'il se présente fièrement sont véritablement jouissifs et adorables. Mais le reste ne suit pas forcément. Si le design d'Amano fait merveille sur les personnages, il n'est pas toujours des plus aisés à maîtriser lorsqu'il s'agit de modéliser certains monstres. Ce qui nous amène directement au second problème de cette adaptation, la lisibilité globale.

 

In a land far, far fouilli

 

 

Kimonos pattes d'eph, nattes de cheveux renvoyant Franck Provost en CAP, tissus évanescents et armures moulantes, le style de Yoshitaka Amano a toujours sublimé le "fantasy" dans Final Fantasy. Malheureusement, pour lui rendre honneur convenablement en 3D, il faut créer des personnages avec force détails, mais surtout des monstres à la modélisation baroque. Résultat, pour un rendu lisible, les personnages et autres boss doivent être affichés à une certaine taille. Les 5 personnages de votre groupe de combat prennent donc à eux seuls un tiers de l'écran des combats, juste en face de la plupart des ennemis qu'ils rencontreront, rendant l'écran pas toujours lisible lorsqu'il y a de nombreux ennemis à l'écran. La carte affichée sur la partie inférieure de l'écran surprend aussi par son schématisme, même si elle offre la possibilité de diriger ses personnages au stylet.

 

 

Imposants à l'écran, les héros subissent aussi la gravité. Résultat, des personnages amorphes dans leurs actions. Même à vitesse maximum les combats sont mous, rapides dans leur déroulement mais anti-dynamiques dans leur représentation. Les magies n'ont aucune pêche, et même Kain le fier chevalier dragon prend bien son temps pour sauter. Alors que les combats de l'original étaient parmi les plus pêchus et actifs de la saga, on se retrouve ici avec quelque chose de sirupeux. Bonne nouvelle cependant en terme de gameplay, puisque les boss ont été rendus plus intelligents, et parfois plus complexes. Les joueurs de l'original se souviennent sans doute avec nostalgie de ces ennemis qui ne pouvaient être attaqués qu'après avoir pris une certaine pose. Ici, ce concept est encore plus réutilisé, et la moindre erreur s'avèrera souvent fatale.

Masochisme assumé

 

 

Il reste une impression mitigée de ce remake presque dispensable. La magie des musiques, une histoire entrée au panthéon du classique, et un déroulement ludique général tout simplement génial sont autant de points positifs qui découlent de l'origine de ce remake, et non de sa valeur ajoutée. On ne sait pas vraiment d'ailleurs ce qui motivera le fan ici, lui qui s'est déjà précipité sur la chouette version GBA sortie il y a bientôt deux ans. L'invocation inédite de Rydia, sorte de fromage blanc kawaii, que le joueur devra renforcer grâce à des mini-jeux dans lesquels on tape, gratte et tranche avec le stylet, fera plus penser à une poussée de tamagochisme qu'à une innovation cruciale. Après avoir entraîné votre créature, vous pourrez l'envoyer taper contre d'autres, via un mode Wi-Fi que nous autres journalistes polis agrémentons d'une formule bien sentie, style "qui a le mérite d'exister". Véritable course aux magouilles d'équipement sur la voie du grobillisme, FF IV n'avait décidément pas besoin d'une telle option qui s'avèrera assez peu utile tout au long de l'aventure. Notons aussi la possibilité d'apprendre certaines techniques supplémentaires grâce à des objets récupérés lors de l'aventure. Après s'être séparé de Yan par exemple, un autre personnage de l'équipe pourra apprendre "contre-attaque". L'option est plaisante mais pas vraiment passionnante, le nombre de techniques supplémentaires à apprendre à un personnage n'étant pas suffisamment élevé pour susciter la fièvre de tuning de persos.

 

 

Mou dans sa représentation, FF IV reste cependant un jeu très réussi ludiquement parlant. Même en ratant un remake comme celui-ci, il était cependant difficile de complètement louper le coche avec un terreau de base de cette qualité. Scénario prenant, héros attachants, intermèdes cinématiques intéressants, on continue l'aventure malgré les rajouts, et non pas grâce à eux ; le joueur trouve malgré tout la motivation de poursuivre, allant de l'avant pour admirer une fois encore le déroulement de cette histoire touchante. Très difficile, le jeu requiert un leveling qui devient pénible à cause de la mollesse des combats, mais on s'accroche, pour revoir les instants qui nous ont tant fait rêver il y a tant d'années. Un jeu qui récompense la fidélité, la patience, mais aussi le masochisme du fan.

 

 

 

6/10

 

Difficile de s'enthousiasmer un maximum devant ce quatrième remake de l'un des volets préférés des fans. Pourtant, malgré des combats mous et des ajouts assez peu intéressants, Final Fantasy IV reste accrocheur et passionnant grâce à ses personnages attachants et son scénario rempli de rebondissements. Le design en 3D réussi des personnages principaux, ainsi que la nouvelle mise en scène d'évènements devenus des classiques dans le monde du RPG raviront les courageux qui auront eu le cran de faire de pénibles séances de leveling, le jeu étant peu dynamique, mais vraiment difficile ! Ni à éviter ni à se damner, Final Fantasy IV pour la DS est inoubliable, mais pas indispensable.

 

et là, limite je me demande si finalement, vaudrai pas mieux avoir la version GBA avec des vrais combats dynamiques...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Molochai    8

pour ceux qui ont la flemme, en résumé :

 

- problème de narration induit par le passage en 3D : ils ont gardé parfois la même mise en scène, sauf qu'autant en 2D ça passe tout seul, autant en 3D ça tire vers le ridicule

- les combats sont fouillis sur l'écran et plutôt mous (argh, ça fait mal)

- mais ça reste FF4 donc c'est pas pourri quand même !

 

là, j'ai envie de dire que c'est super décevant ! franchement, je pensais le prendre limite les yeux fermés (quand j'aurai acheté ma DS :D ça ne saurait tarder ^^'), je me suis même pas demandé s'ils pouvaient le rater... mais j'aurais ptêt du ! parce que les combats mous, c'est vraiment... exactement ce qu'il fallait éviter !!!!

 

ME0000919117_2.jpgME0000919136_2.jpg

 

ça craint quand même :D parce que ça donne envie !

mais c'est clair que le RPG ça a évolué, et qu'on peut pas forcément faire la même chose en 2D ou en 3D ! j'ai un peu vu des débats un peu à droite à gauche sur justement la position du joueur face au RPG, ce qu'on en attend, le plaisir du old-school qui peut tendre vers l'excuse facile ou l'envie de révolution, mais au détriment du plaisir parfois... on pourrait faire un super sujet pour y poster des super messages mais j'ai trop la flemme... (si quelqu'un a la motiv hein), où va donc le RPG :0 ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Armoric    0
on pourrait faire un super sujet pour y poster des super messages mais j'ai trop la flemme... (si quelqu'un a la motiv hein), où va donc le RPG :D ?

 

Dans la mesure où la monographie que je dois rendre a pour sujet "la narration dans les jeux vidéos", si vous avez des avis à donner relativement à ça, ne vous privez pas, ça me fera des pistes à explorer et de la matière à travailler :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Molochai    8

quoi ? une monographie ? sur la narration dans les jeux vidéos ? mais tu fais quoi pour des études !? qu'est-ce que c'est que cette histoire ? :D je veux des détails ! (t'as déjà un plan ? tu vas comparer aux autres médias ? tu te bases sur quels genres de jeux, etc. ptêt on va plutôt en parler sur un autre sujet par contre, genre 'des jeux' dans non-rpg, ou autre)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Armoric    0

Etudes d'informatique, mais à côté de l'exposé dit "technique" il nous a été "conseillé" de choisir des sujets moins en rapport avec notre domaine cette fois, pour élargir.

Et, oui, nous avons un plan, des sources, un nom, une thèse, des revues de presse, et même...des dates T_T

Je peux en parler plus en détails si vous en avez envie, oui, je vous laisse créer le sujet si ça vous branche :x

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quetzal    1

Petite nouvelle lue tout à l'heure sur FF IV DS : sortie prévue pour cet été... Après, reste à savoir si c'est le soleil qui fera rendre les combats lents parce que Cécil aura pris un coup de soleil ou la mauvaise programmation de Square Soft... Réponse cet été à une date indéterminée (mais après la version US quand même qui sort fin juillet, parce qu'un jeu qui sort en Europe avant les US, ça se fait pas...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×