Aller au contenu
Les Final Fantasy Forums
Spartan

Le Cinéma D'animation Japonaise A L'affiche

Messages recommandés

Voilà. Reed sera content comme ça... On veut parler de ce qu'on vient de voir au ciné, mais on a pas le droit sinon Reed nous saute dessus parce qu'il s'agit d'un long métrage d'animation Japonaise, et bien soit... Ce sujet sera remis à jour 3 fois par an vu que c'est à peu près le nombre de films d'animation qui venaient poluer son sujet, et bien soit... Voilà, le sujet est ouvert, maintenant, faudra attendre 6 mois avant qu'il n'y ait un nouveau message...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah si... pour le premier message, il aurait suffit faire un copier coller sur Innoncence... :p et puis sinon y a Le Château ambulant qui sort bientôt... mais quand on a Ghibli sur la section animé, va savoir où ça va atterrir.... :xmas: et sinon j'ai vu que battle royal 2 était sorti.... quelqu'un l'aurait pas vu par hasard?? :)

Bon pour Reed, n'oublie pas de poser les copyrights et de protection anti films japonais sur le sujet concerné avec, ché pas moi une invasion plein de chtit virus pour celui qui a mal posté!! :p )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon alors mon premier post ici et je parle du Chateau ambulant. Que dire? c'est bien.

J'ai ris, j'ai été émue, pour une fois l'héroine a 90 ans (meme si on la voit de temps en temps version jeune) Hauru est un personnage complexe qui a des faiblesse dont celle d'etre superficiel et de perdre pied quand on le rejete. exemple : Le pétage de plomb apres la couleur de cheveux raté (qui m'a faite rire en tout cas)

Je vais pas parler de mon admiration pour Heen ou Hine le toutou à pattes de poulets mais qu'est-ce que je donnerais pour avoir le meme >_<

un mot de la chute : des le debut on sait qui est l'épouvantail et bon là je me suis dit : tu deconnes Hayao sinon ma foi c'est tres beau, une vf impec (il a quand meme fallu que dans un ciné diffusant de la vo je me tape de la vf -_-) une bande son ideale. J'ai parfaitement compris les allusions à la seconde guerre mondiale d'ailleurs les réalisateurs américains devraient en prendre une leçon : ca aurait pu verser dans une soupe moraliste de comptoir et pourtant il n'en n'est rien, j'ai été émue (oui je me répéte)

Un truc que j'ai remarqué c'est que chaque personnage a un coté schizo dans le sens où ils ont deux personnalités qui se revelent : Calcifer le petit feu folet se revele d'une grande puissance, Hauru ma foi j'ai deja dit qu'il surfait sur le cliché beau gosse, puissant, charismatique et compagnie pour se reveler etre quelqu'un de superficiel, SoPhie d'apparence jeune mais qui se considere comme deja vieille, la sorciere des Landes pas si mechante que ca

Ce que je retiendrais du film? des passages à mourir de rire : la "course" de mamie Sophie et de la sorciere des Landes dans l'escalier, le toutou à pattes de poulet (j'en veux un aussi meme s'il est pas de la meme couleur je suis pas difficile) une histoire plutot jolie (meme si j'ai pas compris pourquoi ils detruisent le chateau pour ne pas se faire reperer pour utiliser le reste des ruines...) en bref un film que je reverrais avec joie la semaine prochaine vala

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bon, bin je suis le mouvement...

j'ai donc bien aimé, d'ailleurs, j'y retourne sûrement la semaine prochaine! même si pour moi, c'est à priori pas le meilleur Miyazaki (mais j'attends ma deuxième vision pour confirmer tout ça)... mais bon, ça reste très agréable et très joli! Howl/Hauru est très bien rendu, l'est beau kewa :blink:

le chateau est assez excellent et je crois qu'il y a un questionnement général à propos du pourquoi elle détruit le chateau pour le reconstruire? apparemment, c'est juste parce que Calcifer est tout fatigué et arrive plus tout bouger, alors elle lui allège sa tache...

sinon, j'ai trouvé la fin assez poussive surtout avec le clin d'oeil appuyé de la 'méchante' et son 'vous voulez un happy-end' le coup du navet, je pensais pas qu'ils allaient le faire vu comme c'était gros et hop c'est la paix et tout le monde va bien... MMM... c'est pitet un peu trop à la fois... mais comme je disais, fallait juste laisser le cynisme à l'entrée, même s'il semblerait qu'en fait les paroles du générique de fin soient assez négatives, pour compenser tout ce bohneur dégoulinant :p

sinon, j'ai lu un petit article pas mal dans le Mad (ils ont adoré) qui justifie/explique l'apparente déstructuration du récit (et l'évolution 'par stade' physique et mental de l'héroïne) en parallèle avec une nouveauté chez Miyazaki : l'histoire d'amour consumée et 'adulte' bref, c'est pas mal, alors si vous passez par un bureau de tabac, vous pouvez toujours feuilleter!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour notre Molo, petit info issue d'Allociné :

 

L'énorme château du sorcier Hauru, tout entier constitué de ferraille, de passerelles, d'une gueule béante, crachant de la vapeur, n'est pas sans rappeler les créations de Jean Tinguely, un artiste sculpteur suisse, décédé en 1991. Ce dernier s'était fait une spécialité de sculptures réalisées à partir de métaux, des rebuts d'usine, et que l'adjonction d'un moteur permettait de mettre en branle. Ces assemblages produisaient par la suite de la musique, de la peinture ou de l'eau. L'artiste a, plus tard, ajouté des mâchoires ou des crânes d'animaux, des morceaux de tôle froissée provenant de voitures accidentées, de sorte que ses sculptures ressemblaient presque à des totems, angoissants et menaçants.

 

Et les notes de la presse sont pas tendres, enfin... partagées...

 

chateau.gif

 

Avec les différents liens ici si vous voulez jouer les curieux.

 

Pour ma part, ce qui m'a en premier lieu marqué dans ce film, c'est l'incroyable beauté des décors, Miyasaki a réussi à faire encore plus beau que Chihiro qui était déjà un enchantement. C'est simple, les personnages sont beaux, mais font par moment tache posés sur les décors. C'est vrai qu'on peut repprocher au film un scénar décousu, ou plutôt découpé, et il faudrait au moins une version longue complétée d'au moins 30 bonnes minutes si ce n'est une heure pour que l'on puisse comprendre tout sans se perdre. Et si les 5 dernières minutes sont vraiment exagérées et quand même pas mal dégoulinantes, pour les 115 minutes précédentes, je trouve que l'on a pas à se plaindre.

 

Quoi qu'il en soit, il est aussi intéressant de voir que, malgré tout, Miyasaki se renouvelle, puisque pour une fois, l'héroïne n'est pas la plus mignonne qui soit (pourtant, les héroïnes de Mononononoké ou Porco Ross sont choutes ^^), d'ailleurs, elle est plus agée que les héroïnes précédentes, et surtout, c'est la première fois qu'on a un bishonen en guise de héros ^^

 

Bref, j'y retourne à la fin de la semaine ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ah bah, j'avais pas pensé à Tinguely tiens...

 

sinon, évidemment que 5 minutes, c'est pas forcément grand chose, mais une fin, c'est la note sur laquelle tu pars quand même! ^^

 

et pour Télérama, que j'ai toujours pas lu, y'a eu une jolie petite polémique, vu qu'après avoir allégrement craché sur les japoniaiseries en général, sur la vague manga qui nous veut du mal, sur de la violence et du sexe tentaculaire, Télérama a fait sa couv avec Miyazaki avec, apparemment, un article enchanteur et enchanté...

comme quoi, la mode...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sinon, évidemment que 5 minutes, c'est pas forcément grand chose, mais une fin, c'est la note sur laquelle tu pars quand même! ^^

 

C'est vrai, les quelques dernières heures de Star Ocean 3 ont dégoûté Ennix du jeu. Quel dommage qu'il n'ait pas pour autant arrêter de jouer aux RPG et de venir sur le fo !

 

(Meuh non, je plaisante, je t'aime mon castor)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pour Télérama, que j'ai toujours pas lu, y'a eu une jolie petite polémique, vu qu'après avoir allégrement craché sur les japoniaiseries en général, sur la vague manga qui nous veut du mal, sur de la violence et du sexe tentaculaire, Télérama a fait sa couv avec Miyazaki avec, apparemment, un article enchanteur et enchanté...

 

D'un autre côté, à l'époque, "l'ambassadeur" des mangas/anime en France c'était DBZ, ce qui aidait pas (je veux dire, on te parle de la "beauté" des mangas et on te fout ça, tu l'as mauvaise et t'as l'impression qu'on t'a pris pour une prune)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

non

 

 

 

 

 

je voulais simplement laisser 'non' mais j'imagine que je vais me faire gronder...

alors je dis 'non' c'est trop simpliste et facile...

 

en l'occurrence, au ciné, mes deux voisins ont eu une discussion du même genre : à savoir, est-ce que ce 'genre de films' était destiné aux garçons ou aux filles... débattant plus pour l'action de débattre qu'autre chose, afin de libérer une certaine tension dont je tairais le nom, ils ont vite bifurqué sur le faux-débat 'mais les mangas, c'est pour les filles' 'non c'est pour les garçons' 'et juliette je t'aime alors?' 'et dragon ball d'abord?!'

bref, j'ai tenté une intervention de type 'mais arrêtez, c'est débile, c'est comme dire le cinéma c'est pour les filles ou les gars, ou la littérature c'est sexué?'

 

tout ça pour dire que résumer toute la production japonaise aux films Ghibli ou à Dragon Ball (en résumé à la 'critique' positive ou négative), ça sert à rien

 

d'ailleurs, je m'arrête là, car à mon humble avis, c'est même pas utile d'en parler vu qu'on tourne strictement en rond à parler pour ne rien dire vu qu'en fait, y'a pas grand chose à en tirer...

 

et je m'aperçois qu'encore une fois, ce que j'ai écrit ne veut rien dire... bouin...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hum c'est bizarre ou j'ai du pas trop suivre dans les sujets d'à côté mais bon... c'est pour rappeler aux gens que Nausicäa est sorti au ciné y a quelque temps déjà et que je suis allé le voir la semaine dernière...

 

Alors que dire de Nausicäa?? Est-ce comme le vin qui a bien vielli??? Oui et non, je vais l'expliquer par la suite...

 

Oui, Nausicäa a bien vieilli dans le sens où l'histoire, les thèmes abordés, notamment l'écologie et l'absurdité de la guerre (bon toujours universel celui-là). Les dessins à tendance pastel en jettent bien, même si parfois les traits sont un peu approximatifs. Mais c'est vraiment un plaisir de voir le manga enfin animé et dans une version non censurée au ciné :^^:

 

Mais voilà, une fois qu'on a lu le manga, 100000 fois plus développés, bah on trouve la fin du film un peu balourd, à la va-vite (enfin qu'est-ce qu'elle est looooongue cette fin :cry2:), alors que le début est vraiment très développé, avec un univers très marqué et ça sent par les petits détails à droite, à gauche... L'animation souffre quelque fois et la musique fais parfois un peu mal aux oreilles (enfin si on est dans un trip 80 synthé ça passe :cry2:)

 

Voili voilou pour cette petite chronique...

 

Mais personne n'est allé le voir ou quoi?? Pas même l'ancienne version princesse de l'espace?? :cry2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouais... Princesse de l'Espace... J'aurai du prenre la VHS (ou le DVD) le jour où je l'ai vu en supermarché pour 2€ -_-

Sinon, non, pas vu au cinéma, bien malheureusement... Tu parles, faut que je fasse 80 bornes pour avoir une chance de voir un film d'animation japonaise au ciné, donc bon (mais pour Paprika, je me motiverai !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, j'ai pas été le voir... Je sais même pas si il est programmé en fait, mais le gros problème, c'est que je doute que mes connaissances veuillent aller voir ce film, et seul, c'est bof :\

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'y suis pas allée parce que : horaires de m##de (ça c'est moindre) et surtout, c'était en vf (je boycott, sauf exception particulière), et à pas cher, je me serais fait la vf, mais au prix où coûte le ciné chez moi maintenant, bin hors vo, je vais plus T_T maintenant, je prie chaque soir pour que Paprika sorte chez moi, parce que Kon, c'est bon...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il n'y pas beaucoup de films japonais qui sont sortis ces derniers temps, comme le prouve la poussière qu'a pris ce sujet, et ça risque de se gâter, apparemment, Buena vista va sortir directement les films de ghibli en DVD directement sauf s'il s'agit d'un Myazaki. N'empêche, deux ou trois arrivent sur nos écrans et j'ai pu aller voir l'autre jour (enfin ça fait presque deux semaines maintenant) La Traversée du Temps de Mamoru Hosoda

 

Kézako de ce film qui parle de voyage dans le temps? ici pas de doc, ni de Delorean qui décolle avec des flammes pour voyager dans le temps Marty. Juste une jeune fille, Mokoto, à qui lui arrive une journée de m##de comme tout le monde peut en avoir tous les jours. Sauf que mystérieusement, à la fin de la journée, suite à un évènement qui aurait pu devenir tragique, là voilà projetée légèrement en arrière. Et là voilà qui profite de son nouveau don pour remettre les pendules à l'heure de cette maudite journée, la transformer en une journée de rêve et profiter des petits plaisirs quotidiens (rha la séance de karaoké continue) sans pour autant chercher à faire la conquête du monde. Voilà ce qui peut faire office de synopsis de ce film sans trop dévoiler.

 

Que penser de ce film? On peut dire que tout de suite que c'est un bon film, léger et très mélancolique, surtout sur la fin où on assiste à une grosse scène où le temps s'arrête (j'en dis pas plus), comme ces belles après-midi d'été dont on souhaiterait jamais la fin. C'est bien dessiné, le chara désign est très bon et l'animation tient bien la route, même si on a pas d'effets spéciaux qui pète de partout comme dans Appleseed. D'ailleurs il n'y en pas besoin, ici les émotions se créent toute seul, on rit, on pleure comme l'héroïne, on se dit que les voyages dans le temps c'est classe mais qu'on peut en souffrir aussi.

 

Par contre, et comme tout film de cet acabit, je suis allé le voir en VOSTF, donc je peux pas dire si la VF est nul ou pas (hum on va 90% de chance que oui :dry:)

 

Allez, voilà les images récupéré ici ou là :

 

18777971.jpg

 

L'affiche du film

 

18824789.jpg

 

Notre héroïne, Mokoto après une bonne journée à voyager dans le temps

 

18824777.jpg

 

Kosuke, meilleur ami de Mokoto et accessoirement fan de baseball.

 

18824775.jpg

 

Mais pourquoi faire un si grand au risque de se planter lamentablement dans le sol? Réponse dans le film :p

 

arton1596-48b6a.jpg

 

Chiaki, beau gosse du film, entrain de railler Kosuke pour son sérieutisme (faut dire que Chiaki arrive toujours en retard)

 

Voilà, comme vous pouvez le constater, les visuels ne sont pas extraordinaires

 

Aller une dernière image de Chiaki pour la route ;)

 

screen12.jpg

 

Voilà. A noter que la traversée du temps est un roamn à la base très connu au Japon mais qui est vraiment du film qui est représenté ici. Je n'ai pas lu, donc je ne peux pas juger mais l'histoire qui y est dépeinte est celle de la tante de Mokoto qu'on voit plusieurs fois dans le film. Mokoto ne serait en fait qu'un alibi pour retranscrir ce roman à notre époque puisque celui-ci a été publié en 1967, ce qui date un peu.

 

En bref, j'ai passé un bon moment et c'est un film que je recommande à tous :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

vi un très joli film, pas révolutionnaire mais c'est pas grave, j'avais écrit dessus ailleurs, je copie-colle pour l'occaz (en coupant les hs) -->

 

Ce film, cest Toki wo Kakeru Shojo, aka La Traversée du temps chez nous! Un film dont vous avez sûrement entendu parler (ou pas), avec une équipe alléchante, comme Mamoru Hosoda à la réalisation et Yoshiyuki Sadamoto au chara-design (oui oui, celui dEvangelion!), le tout sponso par Madhouse. Le film est la suite du roman de Yasutaka Tsutsui (traduit chez nous dailleurs, sous le nom de... la traversée du temps, évidemment), vu que si jai bien compris, lhéroïne du film est la nièce de celle du livre (ce qui est largement plausible et expliquerait le plan sur la vieille photo). Ce monsieur nest pas nimporte qui, vu que non seulement il a reçu plein de prix pour ses bouquins, mais il est aussi lauteur de Paprika, adapté récemment par Satoshi Kon (et vous savez tout le bien que je pense de Satoshi Kon, dailleurs, faut que jécoute ce commentaire audio avec Susumu).

 

[je coupe : gros molo hs] La traversée du temps est clairement un fier représentant du travail de Mamoru Hosoda, avec une super direction artistique et une animation chiadée et très fidèle à des mouvements réalistes et vivants (cest c#n à dire, mais cest pas évident).

 

Parce que figurez-vous que Mamoru Hosoda, cest pas nimporte quoi (et ça rime). [je coupe : semi hs pour dire que hosoda il a fait d'autres trucs avant]

 

Pour finir (avant de commencer le "vrai" sujet -_-), je me dois de citer le dernier film de Mamoru Hosoda, puisquil sagit de lexcellent One Piece : Omatsuri Danshaku to Himitsu no Shima (ouais en jap et tout), le film number 6 issu de la série issue du manga de... One Piece, le shonen de pirates! Spartouse en avait déjà causé et dit tout le bien quil en pensait, je ne peux quappuyer son avis. Cest le seul film One Piece que jai vu, dailleurs, je navais maté que le début de la série, mais pas de problème pour visionner Omatsuri, vu que cest une histoire à part entière. Du délire visuel (le concours de bouffe se transforme en match de hockey en glissant sur de lhuile bouillante), de rythme parfaitement géré (on semmerde pas une seconde), une utilisation savante des persos (et en plus cest drôle) et un ton de comédie qui vire gentiment vers une apothéose sombre et poisseuse, et locéan qui guette, ça la fout mal aux Pirates des Caraïbes (elle était facile)! Et pis Chopper il est trop chou... La totale pour espérer une petite claque fraîche avec TokiKake, récompensé dès sa sortie par de nombreux prix...

 

Makoto est une jeune fille comme tout le monde, peut-être un peu plus chanceuse, sauf ce jour précis, où les éléments semblent s'être ligués contre elle. Après avoir passé la journée avec Chiaki et Kousuke, ses deux potes, cest le manque de bol pour Makoto. Campée sur son vélo, dévalant la descente à tout allure, ses freins lâchent alors que sur les voies ferrées, les trains se rapprochent. Mais il est déjà trop tard et Makoto semble vouée à se faire éclater en petits morceaux lors de limpact... mais... elle expérimente alors le saut dans le temps, et réussit à se transporter quelques minutes auparavant, sans trop savoir comment

 

Time waits for no one, le leitmotiv récurrent, résume a lui seul le film.

 

Au départ, Makoto samuse de son nouveau pouvoir mystérieux, elle passe 10 heures au karaoké au lieu dune, elle réussit son exa surprise en connaissant déjà les questions et surtout, elle prend un malin plaisir à revenir à la journée précédente pour pouvoir remanger son plat préféré. Mais après une visite chez sa tante, pour partager lexpérience de ce don inédit et inexplicable, cette dernière la met en garde : et sil y avait un deuxième effet kiss-cool? et si son capital bonheur puisait son énergie en bouffant celui de quelquun dautre? Makoto comprendra vite quil nest pas toujours bon de fuir le temps qui passe et déviter les situations embarrassantes... Alors que la première partie du film est très légère et rigolote (Makoto qui débarque en roulé-boulé chaque fois quelle remonte dans le passé), la suite prend un ton plus grave et déchirant, voir carrément déprimant (le gros sanglot qui vient du cur, et qui me fait craindre une vf, encore une fois, pourrave).

 

Des décors finement travaillés, des couleurs harmonieuses et un joli chara-design, le tout enrobé dans une atmosphère calme et douce, on est définitivement devant un joli film (comme je le disais au début). La nostalgie de ladolescence prend aussi sa place, un thème en adéquation avec lélément fantastique, vu que dès le début, Makoto est questionnée sur ces futurs choix dorientation, décision quelle préfère éluder... Cest surtout loccasion de rencontrer un triangle amical-amoureux, un peu des deux, et des occasions manquées, quon na pas envie daffronter, mais quon regrette plus tard (ahhhh oui). Toutefois, ce ne serait rien sans le charme certain qui se dégage de cette fameuse animation, personnelle et vivifiante, qui confère aux personnages une vraie substance et qui permet de sy attacher naturellement. Alors lintrigue est parfois cousue de fil blanc (notamment la séquence de la peinture et lombre qui la suit), mais cest vraiment pas grave, car le point nest pas là. Malgré sa dernière partie triste et pleine de regret, laura générale est clairement positive, poétique, comme un encouragement à aller de lavant et à courir vers le futur plutôt que de rester lascivement penché vers le passé. Et cest toujours plus facile à dire quà faire!

 

Bref, un film qui met de bonne humeur, et quon est tout content après lavoir visionné! OUAIS! Tout ça pour dire ça... :/ Toki wo Kakeru Shojo sort mercredi en salles, mais sans doute pas partout [évidemment, depuis il est déjà sorti ^^' j'ai écrit ça début juillet], mais si vous avez l'occaz, allez le voir (pas comme moi donc, mais comme il sortira pas, ça devient une habitude ici, c'est pas bien... et Terremer a fini par être diffusé ici, mais uniquement en vf, donc c'est non, bref c'est nul de toute façon...).

 

voilà \o/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.
Remarque : votre message nécessitera l’approbation d’un modérateur avant de pouvoir être visible.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×
×
  • Créer...