Aller au contenu
Les Final Fantasy Forums
ENNIX

Legend Of The Galactic Heroes

Messages recommandés

Eh mais dis donc, ça ne serait pas un lien de téléchargement vers l'intégral de LoGH en version BluRay sous titrée anglais ? Bon par contre, 44 Go

 

Par contre c'est relou, c'est du MKV, et ma télé ne lit pas directement le MKV si je branche mon disque dur en USB ... rageant de regarder un truc en qualité Bluray sur mon écran 15' alors que j'ai une télé HD juste à côté ><

 

EDIT : en me plongeant dans la doc de ma télé, je vois qu'elle lit le MKV, alors pourquoi elle m'a refusé la lecture de la Classe Américaine HD l'autre jour ? Grrr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
en me plongeant dans la doc de ma télé, je vois qu'elle lit le MKV, alors pourquoi elle m'a refusé la lecture de la Classe Américaine HD l'autre jour ? Grrr

Bah, la mienne a été infichue de lire des divX parce qu'elle ne voulait pas reconnaître la résolution du fichier :dry:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de voir le 82 (et donc je termine bientôt la saison 3), je n'en dis pas plus, ceux qui l'ont vue s'en souviendront peut-être (puisqu'ils se sont souvenus du 73 :p).

Vous avez pondu des bûches page 5 pour la fin de la saison 3 d'ailleurs, où Ennix en particulier a été très élogieux, dans un étalage de compliments auquel on ne l'aura pas vu se livrer même pour la trilogie Arc the Lad, et pour le coup j'ai regardé la date (octobre 2006) et ayant quelques retenues par rapport à ce à quoi il a paru adhérer inconditionnellement, je me suis demandé : 6 ans après, ton opinion sur la série a-t-elle changé avec le recul ?

 

Personnellement je bûcherai quand j'aurai au moins terminé la saison et qu'il ne sera pas 3h du mat'.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tout cas je suis récemment tombée sur l'avis de Sha-ka (les mystères d'internet) qui a enfin vu la série et il l'a trouvé très simpliste, peu crédible, avec plein de clichés et beaucoup trop longue. En gros, il a été bien déçu. Voilà qui est dit :D.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'un autre côté, il trouvait la SF ultra-nationaliste/intégriste Russe orthodoxe vachement subtile et bien pensée et réaliste, donc bon.... :molo:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, voilà, je suis assis devant mon pc pour parler de LoGH que j'ai fini, sauf que...

1- je sais pas par où commencer.

2- je me rends compte que j'ai oublié des noms (comme l'officier du Reich avec qui Reinhart fait son coming-out main dans la main sur fond de flammes comme l'a montré Molo dans un post).

 

Je vais commencer par ce que je n'ai pas aimé, tiens — ce qui constitue un paquet de trucs parce que je suis un pinailleur et que la fin m'a énormément déplu.

 

- Julian "Gary Stu" Minci. Développer un personnage, c'est bien. Lui donner de l'envergure, c'est bien. En faire un surdoué qu'on nous annonce prometteur "quand il aura de l'expérience" pendant qu'il ne fait rien, et réussit absolument tout dès qu'on commence à lui confier quelque chose ? Le génie de l'Alliance à 17è-18 ans, capable de tous les mener sans souci et sans que personne ne cille tant il est intelligent et a l'esprit aiguisé (et non, c'est avant même de lui caler Poplan derrière l'épaule pour mettre en valeur son sérieux) ?

Bullshit, j'ai toujours eu du mal avec les surdoués mais depuis l'arc sur la Terre c'est une catastrophe, et ça n'est allé qu'en empirant. Même ses défauts, inexpérience ou doutes sont passés pour de la modestie/humilité/recul/capacité à se remettre en question pour qu'on puisse le louer encore plus. Je n'ai jamais pu saquer ces personnages.

 

- Les morts gratuites. Comme dit TVTropes, "les clichés ne sont pas mauvais par essence, ils existent d'ailleurs pour une raison, et la plupart apportent aux œuvres où ils sont bien utilisés". C'est pas parce qu'on nous présente et grosbillise Walter von Schönkopf depuis le début d'une façon qui nous annonce "il va mourir avant la fin de l'histoire le sourire aux lèvres en pleine bataille" qu'il faut jouer cette carte jusqu'au bout et nous servir une mort ultra-clichée et prévisible qui n'apporte d'ailleurs rien à l'histoire à part un pseudo effet de style. C'est un peu comme, je crois que c'est Molo qui l'avait dit pour FF VI, "Leo a tellement bien qu'on sait qu'on ne l'aura jamais dans l'équipe et qu'il va mourir".

Louis Mashengo, vraiment ? Le faire-valoir noir qui se sacrifie pour recevoir un tir létal à la place du héros ? Pour être franc, je m'attendais à le voir mourir pendant l'arc sur Terre, juste parce qu'il utilisé complètement comme "le black", faire-valoir, qui ne fait rien par lui-même ou n'apporte rien d'important aux héros.

Joachim Von Merkatz ? Je comprends bien celle-ci d'un point de vue symbolique — Merkatz représentait déjà l'ancien Reich quand il était avec Reinhart, et à ce stade de l'histoire (ou l'Histoire, comme on veut) il représente tout simplement le passé, l'ancienne génération qui passe la main à la présente pour que l'Histoire suive son cours (que ce soit Julian ou tout simplement son second). Mais c'est tellement gratuit ! Tellement gros ! C'est laid. Évidemment je le prends d'autant plus mal que c'était un personnage que j'appréciais, mais justement on nous fait l'aimer pour tenter de nous tirer des larmes à sa mort. Grmpf. Bullshit, facilité et mauvaise écriture !

On a Bucock dans le même genre. Bon, dans son cas sa mort ne faisait aucun doute, et franchement je m'y attendais même : ça paraissait logique, il se lançait dans une mission-suicide symbolique et supposée faire gagner du temps, aussi. Ce qui m'a emmerdé, c'est la façon dont ça se déroule : son vaisseau ne se fait pas détruire, il est simplement acculé et sacrifie tous les survivants en décidant que la mort vaut mieux que la reddition, parce qu'il ne se voit pas se rendre à un empereur autocratique. Bien que je trouve le choix objectivement sot, je comprends tout à fait qu'un personnage (surtout attachés à leurs valeurs comme peuvent l'être les démocrates de l'univers de LoGH) puisse le faire et se sacrifier plutôt que rejoindre l'Empire, voire s'y rendre et le voir conquérir sa patrie. Mais fait comme ça, et avec le sacrifice de l'intégralité des survivants de la flotte au passage, m'a paru artificiel, si émouvant que ç'ait été sur le coup.

Et l'officier dont je parle au début du post, celui qui dit "je me rends dès que le Brunhilde est en sécurité" quand Reinhart lui dit qu'il veut le voir rester en vie. De même, considérant qu'ils se doutent qu'il s'agit de Terraïstes, il peut songer qu'il sera exécuté même s'il tente de se rendre, mais le "oh, le Brunhilde décolle, sortons de notre couvert et admirons-le sous le nez des ennemis" et sa mort "sublimée" et précédée d'un massacre pour rappeler que bon, il était fort, je trouve ça mal foutu.

Ah, et celle d'Oberstein. Pourquoi il reste dans son bureau sachant qu'il est ciblé ? Pourquoi il se suicide basiquement ? Quelle raison ? Ça pue encore le "c'est un personnage qui 'doit' mourir d'après les règles du genre donc on l'élimine". Ça ne lui colle pas du tout en plus.

 

- La façon dont Reinhart meurt. Je peux comprendre la nécessité de le retirer de l'équation — j'en reparlerai dans ce que j'ai bien aimé — mais c'est tellement boiteux, "oh il est mort de 'consumption' " (qu'on utilise plus pour dire "mystérieuse maladie" que "tuberculose" maintenant).

 

- Reinhart "Bon, ils sont entrés dans le vaisseau, ils veulent discuter... non, surtout n'essayez pas de raccourcir la bataille et tous ces morts. Soit ils massacrent la sécurité du vaisseau jusqu'à trouver ma chambre, soit ils se font massacrer en même temps. Ah, et on laisse les deux flottes là-dehors s'éclater l'une l'autre avec des milliers de morts oui".

Autant je peux y croire dans l'histoire, donc ne pas hurler sur le scénariste cette fois, Reinhart ayant finalement un ego surdimensionné et n'ayant vécu que pour avoir des adversaires, autant ça m'a quand même donné envie de hurler "P***** mais quel a##uti !" devant un ordre aussi stupide, et aucun de ses officiers ne flanche, ne se dit "c'est la fièvre" ou "si flamboyant soit-il, on passe du narcissisme à la mégalomanie, là", nop, ils sont tous subjugués.

 

- Reuental... j'ai trop attendu, j'ai fini par oublier le dialogue, mais ça donne un truc de ce genre :

"Il y a des rumeurs que vous voulez renverser Reinhart.

- Ah, c'est intelligent, je peux pas l'inviter à venir voir lui-même sinon je suis suspicieux, et s'il vient je peux pas refuser. Mais s'il refuse de venir, c'est qu'il n'a pas confiance en moi, pas vrai ? Voire qu'il a peur. *pense* Dur de le percevoir en empereur inflexible dans ce cas, et il nous a mis au défi de le remplacer s'il faiblit...

*Reinhart décide de venir, annulant l'hypothèse pensée par Reuental.*

- Reinhart s'est fait attaquer en route, on essaie de nous mettre ça sur le dos.

- S'il repart à la capitale c'est qu'il voudra s'en prendre à nous et on n'aura pas l'occasion de s'exploiter.

- Non il vient ici.

- Ah. Bah, de toute façon je vais pas m'excuser car je suis trop fier, donc les dés sont jetés, hein ? J'ai plus le choix maintenant je suis son ennemi, je dois l'attaquer.

- Euh... t'es sûr ?

- Oui.

- Bon 0K, je te suis jusqu'au bout d'façon.

 

WHAT.

THE.

FUCK.

Que Reuental soit à la fin amiral depuis si longtemps et suffisamment crétin et imbu de lui-même pour préférer déclencher une guerre civile et même tenter un coup d'Etat comme ça ça a déjà fait exploser ma suspension volontaire d'incrédulité, mais alors qu'en plus il n'avait même pas à s'excuser puisque s'il n'est pas coupable il n'aurait à s'excuser que d'avoir foiré la sécurité, puis à bosser avec Reinhart pour purger les rangs des infiltrés terraïstes, j'ai pas réussi à tenir sur le coup. J'ai juste regardé l'arc sans n'en avoir strictement rien à faire, bouffé par l'excuse de m##de (et grosse faille de raisonnement) qu'ils ont trouvée pour justifier la révolte qu'ils avaient hype depuis si longtemps.

Sérieusement, si ça fait si longtemps que vous la sous-entendez, faites-la correctement plutôt que l'insérer au marteau comme ça ! Ca m'a laissé le goût, comme les morts dont je parle plus haut, d'un "il faut une guerre civile pour l'histoire complète, on va en mettre une". Ils savent pas écrire un personnage fier et égotique sans en faire un a##uti fini qui laisse tomber le bon sens dès qu'on parle de lui ?

 

- Les annonces du narrateur, façon "Ils ne savaient pas qu'ils se voyaient pour la dernière fois." à la fin d'une scène. D'un côté c'est plutôt cohérent si on prend la série comme une chronique d'un épisode historique, et le narrateur dans cette optique, de l'autre du point de vue narratif ça gâche souvent la surprise.

 

 

Dans ce que j'ai aimé :

 

- Comme dans le reste de la série, la façon dont on élargit sur les civils, ou même les soldats du rang, plutôt que simplement les machinations du sommet de la hiérarchie politique et les batailles.

 

- La façon dont on présente les motivations de certains personnages, comme Lang (même si dans son cas on le présente quand même comme un "méchant" ne désirant que le pouvoir pour lui-même — au point de s'interroger sur pourquoi il donne sincèrement à la charité en parallèle), pour donner à la plupart plus d'épaisseur même si on n'évite pas les caricaturaux (comme l'officier pris en otage par l'Alliance quand ils fuient la capitale, qui se pend dans sa cellule).

 

- La mort de Yang a été bien faite — la mort par hémorragie pour garder son corps intact par rapport à tous les autres massacrés et lui donner l'occasion d'avoir des dernières paroles est une facilité, mais bon — pas larmoyante ni héroïque ni rien. Je ne m'attendais pas à voir certains de ses collègues présents sur le vaisseau être tués d'ailleurs.

 

- L'usage de la musique classique o/ Plutôt que de la leur (je ne suis pas fan de l'association "classique" -> SF et des BO qui sont généralement concoctées en c#nséquence).

 

- Oberstein en général. J'ai beau ne pas être un grand fan des sentiments patriotiques en général, j'ai trouvé très intéressant le personnage, surtout présenté sous un jour négatif quasi tout le temps et dont les accomplissements sont toujours mentionnés "en passant", sans gloire comme peuvent l'avoir la plupart des autres personnages (hi Julian, ou bien les exploits des officiers de terrain en général).

Plus que le côté pupute, c'est ça et le fait qu'il n'ait pas cherché à saisir plus de pouvoir une fois les Golbenbaum vaincus, et qu'il voyait sécuriser son poste comme avoir les moyens qu'il nécessitait pour aider Reinhart plutôt que commme avoir plus de pouvoir pour lui-même.

Au final il a décidé que Reinhart était celui dont l'Empire avait besoin pour être réformé, et qu'il le soutiendrait de son mieux, ce qui impliquait mettre son intelligence et son manque de scrupules au service de l'Empire pour atteindre leurs objectifs, tout en prenant le blâme de ces actes pour qu'aucun ressentiment n'en rejaillisse sur Reinhart en étant haï à sa place, par les civils comme par ses subordonnés. Et ça en a fait le serviteur le plus dévoué (et loyal) de Reinhart, celui qui a pris tous les sacrifices "ordinaires", ou plutôt le sacrifice permanent, par rapport aux autres officiers pour qui le sacrifice paraissait plus ne s'apparenter qu'à mourir au combat ou pour protéger Reinhart.

 

- Le rôle des femmes dans la série, quand même. Même Anne-Rose a de l'importance par sa simple existence — et ne l'a pas demandé, ce n'est pas la princesse qui attend d'être libérée (c'est Reinhart qui lui a accolé cette dimension en partant en croisade).

 

- Le déroulement de la fin. Un peu rapide, et plus d'un truc expédié (la disparition de Reinhart, nécessaire pour passer à "l'étape suivante" de la transition, notamment), mais je dois avouer que même 5-6 épisodes avant je me disais "on approche, mais comment est-ce que ça va se terminer ?" parce qu'il était impensable que les restes de l'alliance soient vaincus et l'Empire laissé maître de la galaxie (même sans tenir compte de la grosbillisation de Julian), et je ne voyais pas vraiment de fin "ferme" possible. J'excluais aussi la fin trop ouverte après les derniers arcs (rébellion, otages) qui finissaient par vraiment sentir qu'on étirait le filon comme on pouvait pour le prolonger : trop d'occasions d'une fin ouverte pour ne pas l'avoir déjà faite si c'était ce qu'on avait voulu.

Ca nous épargne aussi l'épilogue, ainsi que des adieux trop longs (on n'a eu que Poplan et les Mittermeyer finalement — mon côté aigri me souffle que de toute façon avec tous les personnages balayés sous le tapis à grands coups de faux y'aurait pas eu long pour suivre les survivants).

 

 

Et, hm... c'est tout pour l'instant, je crois ? Ca me reviendra peut-être après, mais à faire autre chose en même temps ça fait quelques heures que j'ai entamé ça. J'attendrai demain, pour le moment où je me dirai "mais quel con, t'as oublié ça aussi !" (genre que les endings sont bien, en fait).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une

 

nouvelle

 

adaptation !

 

:vache-do: :vache-do: :vache-do:

 

 

 

Legend of the Galactic Heroes Novels Get New Animeposted on 2014-02-12 10:35 EST
Hirofumi Adachi: Not a remake of old anime, but new adaptation of Yoshiki Tanaka's novels with new staff

A1786-8.jpgThe latest stage production of Yoshiki Tanaka's space opera novel seriesLegend of the Galactic Heroes opened on Wednesday, and it ended with an announcement of a new anime adaptation. Tanaka's secretary Hirofumi Adachiconfirmed the news, and relayed the producer's comments that the new anime is not a remake of the earlier anime, but another anime adaptation of the original novels with a new staff.

main_120322.jpgThe story follows the epic conflict between the Galactic Empire and Free Planets Alliance, as well as the personal stories of Imperial Admiral Reinhard von Lohengramm and the Alliance's Yang Wen-Li.

The late director Noboru Ishiguro (Macross, Orguss,Megazone 23) and his Artland anime studio spent over a decade adapting the novels into a theatrical and video anime franchise, with over 100 installments, from 1988 to 2000. The series has also inspired a recent cafe and various stage plays, including one by the famous all-female Takarazuka Revue Company.

The 10 main novel volumes and four side-story volumes in the Legend of the Galactic Heroes saga have sold 15 million copies and earned Tanaka a Seiun Award. Besides Legend of the Galactic Heroes, Tanaka also wrote the original novel inspirations forThe Heroic Legend of Arslan, Ryoko's Case File, Sohryuden - Legend of the Dragon Kings, andTytania anime projects.

[Via Nohmi, Hachima Kikō]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La diffusion d'Arslan Senki (du même auteur que Logh), également connu sous le nom de "La vie antérieure de Julian Mintz" (sérieusement: Arslan est tellement un clone de Julian que si on a pas droit à un Arslan Kick d'ici la fin de la série, je serai très déçu)

 

Et pour l'instant, le plus gros problème de la série... et bien, disons que le trailer le résume assez bien:

 

https://www.youtube.com/watch?v=fERE3fcy2eU

 

50 secondes de narrations avec grosse musique orchestrale, et puis boom, v'là la Jpop qui se pointe avec ses gros sabots :glare:

(Nan sérieusement, vous imaginez Logh avec les musiques de Macross? brrrrrrrrrr :yuk: )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×