Aller au contenu
Les Final Fantasy Forums
Eolia

Si Ff6 M'était Conté

Messages recommandés

Bon, au vu des debats qui se deroulent dans le forum FF7 pour designer le meilleur jeu et le meilleur dessinateur, j'ai eu l'idée de creer un sujet où tous les amoureux de FF6 pourront faire partager aux autres leur passion. A vrai dire, toutes ces discussions m'ont donné l'envie de reprendre le jeu ... ^^

Bref, je propose que l'on procede par thèmes :par exemple, on pourra commencer par les personnages, puis les thèmes abordés dans le jeu, puis les musiques etc

Bon, commencons par les personnages. Spart', Reed, Ennix, Molo et les autres, venez nous dire quels sont vos personnages préférés et surtout pourquoi. Ca serait bien aussi que l'on precise la psychologie de chacun (Ennix avait commencé quelque chose de très interessant a propos des motivations qui se devoilaient au fur et a mesure du jeu), enfin qu'on evite le syndrome "moi j'prefere Celes" et puis point final :) .

Le but est de donner envie aux autres de (re)jouer à FF6 ou bien de mieux l'apprecier que lors de la premiere partie (ce fut mon cas)

A vous de jouer ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien alors je me lance. Pour aller plus vite à l'essentiel je vais diviser mes réponses en deux catégories, persos en combat et persos allités (personnalités quoi...)

1) Persos en combat:

Clairement le perso qui me semble le plus utile et capable est Edgar: ses tools lui donnent une puissance comparable aux plus forts, mais sans que sa force n'en soitr pour autant son atout principal. A cela on ajoute une maitrise correcte de la magie (on part du principe que les persos ne sont pas boostés mais ont suivi une évolution normale) et une résistance honnete, et pouf pouf le roi est le meilleur perso. Génétiquement capable, la famille Figaro a créé le second meilleur perso du groupe, Sabin, qui ne se ridiculise pas en magie et surtout fait preuve d'une incroyable combativité avec ses griffes et ses blitz. Enfin, dernier perso de mon trio de tête, je compterai avec Terra, qui prend toute son ampleur une fois ses pouvoirs maitrisés.

 

2) Persos allités:

Setzer a toujours eu ma préférence. D'une part parce que c'était la première fois que je prennais conscience du travail mature opéré sur un perso de jeu vidéo. Jusqu'alors je pensais que c'étaient des persos destinés aux plus jeunes, et là je me suis retrouvé à un alcoolique suicidaire au bord du gouffre, au passé romantique tragique et perdu dans un doute total quand au destin tragique de Daryl, sa chérie rivale. Pour ceux qui n'ont vu dans la longue et obscure progression vers le Falcon qu'un escalier, autant vous le dire, cette scène est une mise en abîme somptueuse, avec en arrière gout un retour aux sources et à la clarté d'esprit, c'est la scène où Setzer retrouve foi. Quel beau jeu.

Ensuite, Cyan, merveilleuse et terrible histoire que la sienne. Là encore la section des rêves m'a renforcé dans la compréhension de ce qu'était FF6: un jeu profondément versé dans l'étude des limbes que constituent l'âme humaine d'un homme déchiré. Cyan qui réapprend à aimer, Cyan qui ne peux cependant oublier, Cyan dont l'honneur anachronique fait un perso à part dans un monde aux valeurs bouleversées par un empire mercantile.

Enfin, Gau, un personnage mi-drole, mi-triste, enfant peut-être victime de déformations ou d'anomalies, enfant destitué, tuant sa mère à sa naissance et rendant son père fou de chagrin, enfant élevé par les bêtes comme le Romulus du jeu, enfant brisé, enfin, lors de sa confrontation 14 ans après avec celui à qui il doit la vie, mais qu'il décide de laisser en paix, malgré tous les efforts faits par Sabin.

 

Je me limite là pour ne pas bloquer les autres, mais chaque perso de FF6 est une véritable création artistique, une dualité pathétique et humaine, de vrais portraits psychopathologiques (si, je sais ce que c'est!) qui donent à ce soft toute sa divine essence...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah, FF VI...C'est pas pour rien que je l'ai choisi pour mon 1000ième message...Mon 2ième rpg, et celui que je préfère à ce jour.

Pourquoi je le préfère ? A cause de l'histoire, qui me semblait plus intéressante que celle de FF VII, et qui grâce à ses rebondissements l'a hissé au-dessus des autres jeux à la sauvons-le-monde-du-grand-méchant, mais aussi pour ses musiques, plus que magnifiques, et le charisme de ses nombreux personnages. C'est ausi l'un de ces jeux qui montre que les graphismes ne font pas tout (quand je pense que des mecs de mon lycée qui ont découvert les ff avec le X disent que c'est sûrement l'un des meilleurs grâce à ses graphismes et se mettent à fantasmer sur Yuna :) ). Peut-être aussi l'ais-je plus aimé à cause de la langue, anglaise, parce que j'ai toujours eu l'impression que jouer à un jeu dans une langue étrangère apporte un certain plus (c'est vrai aussi que quand on voit certaines traductions foireuses, ou encore le fait que généralement les notices multilingues renseignent plus sur l'histoire et les personnages en anglais ou en espagnol qu'en français...).

 

Mon personnage préféré était et est toujours Locke, parce qu'à l'époque il incarnait pour moi le boute-en-train, le déconneur, celui qui fait rire quand on joue, et l'humour est quelquechose que j'apprécie beaucoup, mais il n'est pas qu'un déconneur, et on se rend compte que ce n'est qu'une façade pour combler le manque qu'il éprouve à cause de Sarah (d'ailleurs il cherche à la rescuciter mais ça l'empêche pas de tourner autour de Celes).

Un autre personnage que j'appréciait était Cyan, parce qu'il avait un thème que j'aime beaucoup, et aussi, comme dit Reed, parce qu'il incarne la tradition, et l'homme en marge avec son époque, ce qui est un peu le cas de nous tous (sinon pourquoi on préférerait les rpgs aux jeux qui se déroulent dans le "présent" :) ), mais aussi à cause de son histoire, il est sûrement le personnage le plus impliqué dans cette "quête", un peu comme Vincent dans FF VII, puisque ses amis, sa famille, tous ont été empoisonés par Kefka, alors qu'ils n'aspiraient qu'à vivre tranquillement. Son "ancienneté" et son aversion des machines le rendent aussi coupable de quelques passages drôles, mais c'est secondaire par rapport au reste pour ce personnage.

 

Voilà, j'ai fait ce que je pouvais en peu de temps, ça ne vient pas comme ça, et je reviendrais...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il tombe bien ce sujet, j'avais l'intention d'en refaire une partie dès que j'aurais finit FFTA. Je m'y colle alors :) , j'avais commencé le jeu une première, mais malheureusement en ouvrant la fenêtre ma sauvegarde s'est envolé :) , ce qui ne fut pas un mal, j'ai pus l'apprécier une seconde fois. Je fais comme Reed :

1 - Persos de combat :

Pour le personnage que j'ai le plus apprécié en combat, c'est Sabin, très fort, très bon, bonne magie, et les blitz sont très puissants, ça m'a surtout rappelé mes premières parties de Street Fighter :) .

Ensuite, c'est Terra, très puissante au niveau de la magie et qui n'est pas trop mal avec une arme.

Et enfin Setzer, j'aime la roulette :dry: , il est pas trop mal en magie, et avec sa capacité spécial GP-Rain il très pratique.

 

2 - Persos alliés :

Cyan, pour son histoire assez triste, le petit passage assez sympa avec Gau, j'ai adoré ce personnage, très bien et pas mauvais en combat non plus.

Ensuite Locke, le vol (hum !) le chasseur de trésors, il prends soin de Terra tout au long de l'histoire, et son histoire est-elle aussi assez triste.

Pour finir ce seras Celes, le général rebel pas sûr de sa destiné, celle à qui on a introduit la magie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

AAAAAAAAAARRRRRRRRRRRRRRRRRRRRGGGGGGGGGGGGGGGGG :argh:

 

Armo: c'est pas Sarah, Sarah, c'est la mère de Grenat dans FF9 :molo: C'est Rachel, Rachel, RACHEL, comme le thème de Forever Rachel :sad:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce problème étant légèrement traité (corrige ton texte, bon sag :ninje: )....

 

À mon tour... :rou:

 

 

Bon, persos en combats, j'en parlerai pas, c'est pas l'intêret du topic. Je parlerai que des personnalités que je préfère:

 

 

 

Persos combattants

 

D'abord, un grand merci à Reed pour avoir su apprécier Setzer, et pas dire comme certains couillons que c'est un personnage sans personnalité, t'as pas de goût dans les dessins mais au moins tu sais reconnaître un bonne histoire :p

Merci aussi d'avoir parlé de Cyan, et d'avoir bien cerné sa personnalité, mais tu a aussi oublié l'âge: Cyan a 50 ans au début de l'histoire, il a un gosse très jeune et est probablement marié à une femme de 20 ans sa cadette, ce qui veut dire qu'il a réussi à fonder une famille sur le tard mais que, en les perdant, il a aussi perdu toute chance de recommencer à zéro: on redémarre pas comme ça à 50 berges, et c'est d'ailleurs tout ce qui rend le comportement de ce personnage si compréhensible: pourquoi il s'ataque à l'armée impériale alors qu'y aller seul est de la folie, pourquoi il s'isole par la suite dans les montagnes, et pourquoi on se retrouve dans ses rêves: Cyan n'a plus rien, et son sort est l'un des plus tristes de FF6

 

Maintenant, voici un petit classement personnel des persos combattants (je parlerai des autres dans un autre post)

 

 

3ème: Shadow: bizarre que personne n'en parle, pourtant, d'habitude, il est plûtôt populaire... Bref, Shadow, aussi connu sous le nom supposé de Clyde Arrowny

Age: Inconnu (probablement la trentaine)

Taille: 1 mètre 78

Poid: 66 kilos (pas lourd)

 

(Et voui, vous avez même droit aux données statistiques :wub: )

 

Shadow.... Un thème sombre et mélancolique pour un personnage... combre et mélancoliques :D

 

Shadow est un personnage au passé trouble, qui a pas fait grand chose dont il peut être fier et qui s'est taillé une réputation d'assassin pas simple à porter. Au début, on l'aprécie surtout pour ses talents au combat et pour son thème musical, mais par la suite, quand on découvre son passé, on se rend compte qu'il s'agit d'un homme qui n'a jamais été du côté du droit et qui a fait quelques conneries dans son passé. Le lien qu'on suppose avec relm le rend encore plus triste, puisque ce perso, après avoir été le compagnon d'infortune d'un voleur appelé Barahm (j'suis plus sûr de l'orthographe là) n'a pas été capable d'assurer sa parternité et a repris son vagabondage, accompagné d'un chien qui semble être le seul à vraiment lui faire confiance (y a qu'à voir le nombre de fois dans le jeu où il encaisse les coups à la place de son maître) et qui lui sert de garde du corps... Le plus malheureux dan l'histoire, c'est que quand il retrouve Relm... Il ne lui dit... Rien du tout, il se tait, à aucun moment il ne lui adresse la parole, et Strago ne semble pas chercher à aider les retrouvailles non plus (sénilité ou simple désir de préserver la fille qu'il a élevé?). Voilà donc un personnage sombre, au passé sombre, qui suit le groupe au début sans y être vraiment accroché, se faisant même payer à l'occasion, avant d'accepter finalement de faire partie de l'équippe, sans jamais vraiment être là pour autre chose que les combats: c'est, comme son non l'indique, une ombre, un faucheur, combattant exeptionnel mais gardant toujours ses distances avec les autres, et restant fidèle à son comportement de départ: pas de confusions, pas d'éfusion de larmes, juste quelques rêves et le comportement troublant du chien viennent nous renseigner sur son passé, quand à sa scène à la fin du jeu... difficile de pas être ému par la fin de ce personnage marquant bien que très peu actif...

 

 

2ème: Les jumaux Figaro: Edgar Roni et Sabin Rene

Âge: 27 ans tous les deux

Taille: 1 mètre 88 pour le roi, un mètre 91 pour le frangin du roi

Poid: Edgar: 77 kilos; Sabin: 106 :unsure:

 

Edgar et Sabin, ls deux faces si différentes d'une même pièce, le "couple royal" de Figaro (Non Pande, Y a pas de Yaoi dans FF6 :p )... Les deux frères vont ensembles, puisque on ne peut pas vraiment comprendre le comportement de l'un sans le prendre en parallèle avec l'autre. Ils ont été élevés ensemble jusqu'à l'âge de 17 ans, jusqu'à la mort de leur père, avant de prendre des chemins séparés mais qui finront par les réunir à nouveau...

La scène de la pièce... déjà, Est-ce vraiment Edgar qui a gagné le jeu de pile ou face? Est-ce que la décision n'avait pas déjà été prise sans parole par les frères? Sabin est un personnage qui cache derrière son physique de malabar une personnalité plus sensible que celle de son frère: beaucoup plus franc et ayant tendance à réagir à l'emporte pièce, sans vraiment réfléchir, il n'hésite pas à éclater en publique, à sauter sur Kefka alors qui est encerclé par des soldats de l'empire, à insulter Cyan alors que c'est VRAIMENT PAS le moment de commencer une enguelade... Bref, Sabin est un personnage au sang chaud, pas calme pour un sou, toujours combatif et le premier à réagir. Edgar par contre, est un politicien dans l'âme: plu froid, plus secret, plus vicieux et dénué de scrupules, alors que tous pointent du doigt l'empire dans l'empoisonnement de son père, Edgar part signer une alliance avec Vector, mais n'héiste pas par la suite à soutenir les ennemis de Vector, les returners, et à trahir l'alliance avec l'empire sans état d'âme. Il acceuille Celes sans problème, alors que Cyan est près à l'affronter en duel; puis n'hésite pas à tenter de corrompre Setzer, à sortir Narshe de sa neutralité, ou à utiliser ceux qu'il a lui même fait enfermer... Berf, les coups bas et les retournements de veste lui vont comme un gant, et il est de ce côté l'exact opposé de son frère: d'un côté la force brute et la passion, de l'autre, le pouvoir politique et la froide logique.

 

1ère: Terra Branford

Âge: 18 ans

Taille: 1 mètre 70

Poid: 48 kilos (comment peut-on taper si fort avec un tel gabarit, je me demande...)

 

À première vue, Terra n'avait rien pour me plaire: blonde, ressemblant à une pseudo top-modèle anorexique qui n'a jamais vue la lumière du jour, atifée d'une mini juppe et de talons aiguille en guise de vêtements, ce personnage avait au début out pour me déplaire... Oui mais... Il y a la personnalité qui vient à la rescousse et qui la repêche mieux que bien:

 

Le personnage de Terra est tout au long du jeu, tiraillée entre le désir de fuir et la volonter d'afronter la réalité. Le jeu est d'ailleurs organisé selon les différentes suituations de Terra: au début, dénuée de mémoire, s'enfuit sans véritable but, avant de suivre Locke et Edgar sans vraiment être sûr de pouvoir leur faire confiance. Peu après intervient son premier choix: devant la résistence, elle a alors le choix de retourner vers l'empire avec le peu de connaissance qu'elle a de son passé, ou alors rester avec la résistence... la scène chez les returneurs est d'autant plus grande, que, plûtôt que de chercher à tout prix à la convaincre, Edgar & Cie préfèrent se retirer et la laisser libre de faire son choix, seule. Elle choisira d'aider la résistance... Par la suite, alors que sa rencontre avec Tritoch lui rend la mémoire et ses pouvoirs, découvrir ce qu'elle est en réalité l'effraie tellement qu'elle préfère s'enfuir (manquant de peu de tuer Locke dans la maneuvre d'ailleurs...) et c'est la retrouvaille entre elle et ce qui reste de son père, et le fait d'en aprendre davantage sur les quelques mois qui ont précédé sa naissance qui lui redonne le courage de continuer. Elle tentera à deux reprise de prendre contact avec les Espers, le peuple de son père, avant d'aller affronter ceux-là même qui l'ont élevés... Puis, après l'apocalypse qui signe la fin de world of Balance, Terra va se retrouver en charge d'un groupe d'enfants, et c'est à nouveau l'un des passages marquants du jeu, quand l'héroine refuse, oui, REFUSE, de reprendre les armes: ce n'est pas le classique "je peux pas sauver le monde, pas moi, non" qui dure 10 minutes, suivi d'un "bon, d'accord, je vais tuer le grand méchant et restaurer la paix dans le monde" là, on a vraiment un personnage qui ne veut plus, ne peut plus, combattre, et laisse ses copains, la gueule grande ouverte et les bras balants. Et ce qui la fait bouger, en fin de compte, c'est l'envie de protéger, non pas ses compagnons d'armes, ni quelque chose d'aussi abstrait que "le monde" mais le petit groupes de gamins qui vivent sous sa garde. C'est donc toute une transformation que subit Terra... non seulement elle gagne une certaine confiance en elle, mais surtout, c'est sa vision d'elle même par rapport au monde qui change: Enfant métisse, considérée comme contre nature par ceux qui l'ont vu naître, élevée sans parents, préparées durant son enfant et son adolescence à la guerre, elle est pendant une grande partie du jeu une étrangère au monde qui l'entoure, au dbut à cause de son amnésie, puis à cause de sa nature double et de ses talents de magicienne qui la mettent au millieu des conflits qui agitent le monde, c'est finalement le fait que des gosses se mettent à lui donner de l'amour et à la considérer comme une mère et non comme une machine de guerre qu'elle peut enfin faire la paix avec elle même, et c'est quand elle sait qu'elle peut aider à donner et à faire grandir la vie et non plus à répandre la mort (houlà :excl: danger, faut que je m'arrête bientôt, je deviens lyrique) qu'elle acquière à la fois la pleine maitrise de ses pouvoirs, et qu'elle devient véritablement le leader du groupe, n'hésitant pas à risquer doublement sa vie car vaincre Kefka pourrait bien signifier sa mort, et avant le dernier combat, c'est elle qui défie Kefka et amène les autres à le défier aussi, c'est elle qui guide à la fin le groupe vers la sortie alors que son pouvoir est en train de disparaître... Bref, c'est Terra qui assume à la fin du jeu pleinement son rôle d'héroine.

 

Pour résumer, ce qu'il y a de grand dans le personnage de Terra, c'est non seulement le fait qu'elle évolue pour gagner foi en elle même (shéma utilisé par de nombreux personnages et héros de RPG) mais le fait qu'elle trouve vraiment sa voie hors de la guerre et que à chaque fois qu'elle avance, elle le fait seule: Pas de compagnon ou d'âme sur pour la sortir de pétrin comme Cloud ou Zidane, elle fait ses choix par elle même, et enfin, elle ne finit pa dans l'ombre d'un personnage masculin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:dor: zzzzzzzzzzzz.........

 

Edit: meuh c'était pour te faire enrager Ninix :unsure:

Bon, je ne post pas mon avis tout simplement parce que je n'ai pas fini la tour de Kefka, et ne sachant pas le fin mot de l'histoire je ne peux donner mon avis concernant les persos.

En tout cas ces discussions ça m'a donné envie de le refaire, et entierement cette fois-ci :molo:

Et je tiens à rappeler que j'e n'ai pas dit que ce jeu était nul mais seulement que je l'ai moins apprécié que le VII.

Peut-être que le refaire me fera changer d'avis, mais je crois pas que ce soit pour maintenant.

Modifié par Sphax

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Malin ça, dans le genre flood doublé d'une provocation... :molo:

 

T'aura pas pu mettre les formes et dire que c'était trop long et que ça en devenait soporifique, ou même mieux, ne rien marquer du tout? :unsure:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouah merci Ennix pour cette longue reponse très interessante! :molo:

Bah alors, personne ne l'aime Celes? ^^

Je crois que Celes est avec Terra mon personnage préféré. C'est une fille, elle est blonde, elle a les cheveux long...bref l'identification est facile :unsure:

Plus serieusement, j'ai beaucoup aimé son histoire (meme si je ne m'en souviens plus en detail) Elle a recu ses pouvoirs magiques par les manipulations génétique de Cid, qui l'a ensuite considéré comme sa propre petite-fille, elle est devenue générale de l'armée, puis elle est accusée de trahison...elle rejoint notre equipe, et plus loin dans le jeu on la soupçonne de nouveau de trahison mais cette fois ci a notre egard...Elle prouvera cependant sa loyauté. Le moment le plus triste est certainement lorsqu'elle se reveille un an apres la destruction du world of balance, isolée sur un ile avec Cid qui a veillé sur elle pendant son coma. Alors qu'elle retrouve enfin celui qu'elle considere comme son grand pere, voila que celui-ci tombe malade et (si on le decide) meurt, laissant Celes desemparée, et qui tente de se suicider en se jetant d'une falaise. En effet, elle n'a pas été capable de sauver son monde de Kefka, tous ses amis semble etre morts, sa seule "famille" vient de s'eteindre, et elle se retourve isolée sur une ile au milieu de nulle part. C'est un moment réellement poignant, il me semble qu'il est assez rare qu'un perso de RPG tente de se suicider. Entre ca et Terra qui refuse de prendre les armes, ce jeu est vraiment surprenant. Celes reprend espoir quand un oiseau lui apporte le bandana de Locke : oui, ses amis sont peut etre encore vivant! C'est alors qu'elle mene ce qu'on peut appeler une contre-attaque contre Kefka, qui peinard dans sa tour ne devait pas s'attendre à ca ^^

 

Bref, je crois qu'on peut passer à un autre point de ce jeu= le scenario

Quels sont les passages qui vous ont plu?

Quels themes abordés par le jeu vous semblent fondamentaux?

Reflexions, message philosophique?

C'est a vous ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah, avant de parler des scènes et du scénar.... Déjà, je vais répondre concernant Celes et ls autres... Honneêtement, à part Gogo, y a pas de personnage de FF6 qui me déplaise, tous sont travaillés d'une manière ou d'une autre; j'aurai pu parler de Mog, ce personnage qui a deux longueurs d'avance sur les autres (qui connais Ramuh, qui savait que Terra allait tomber sur le territoire des siens, qui sait ce qui arrive aux personnages durant les 3 scénarios... Beaucoup de choses laisse penser que Mog se préparait à la guerre depuis longtemps et que ce qui se passe ne le surprend pas du tout) malgrès son air de peluche, de Stargo, qui cultive le secret en même temps que Shadow et par la suite plonge dans un desespoir tel qu'il rejoint l'ennemi, avant que Relm ne le réconcili avec son passé... Bref, les persos de FF6 ont tous une place à part dans mon panthéon perso des héros de RPG :D

Mais Celes... Bah je dois dire qu'elle fait pas très générale, pas assez froide, pas assez militaire, trop facilement ému à certains moments (même si le passage sur l'île est magnifique :sad: ) dans le genre bidasse je lui préfère Leo ou Cyan...

 

Enfin bon, je suis venu pour parler encore de personnages, mais cette fois ci de PNJ (ou de PPJTL Personnages pas Joueurs Très Longtemps :p )...

 

 

Alors, les PNJ que j'aprécie dans FF6:

 

Maduin: Le père de l'héroine... Personnage particulier: puissant Esper qui n'a pas du être du côté des humains pendant la guerre de la Magie, et qui en veut au monde des hommes.... avant de rencontrer une femme qui va (allez savoir comment) lui faire changer d'avis, jusqu'à lui faire un enfant, mais aussi, lui accorder sa confiance... Un personnage qu'on devine écartelé entre son dégoût de l'humanité et son amour interdit pour une humaine... Dommage qu'on le voit pendant si peut de temps....

 

Leo: Voilà un PNJ très interressant: un nouveau dilemne cornélien (il y en a pas mal dans FF6 dont le thème central est justement le dualisme): Perdu entre une loyauté sans faille envers son Empereur, à qui il voue une confiance sans faille (il n'en sera guère récompensé d'ailleurs); son respect du genre humain et le fait qu'il tient vraiment à la vie de ses soldats (comme quoi on peut avoir du galon et pourtant ne pas être c#n :p © J.C Grangé); sa fierté et son honneur personnels qui le poussent à refuser la magie et qui fait qu'il n'intrigue pas à la cour comme Kefka, et malgrès tout une grande lucidité sur lui-même et sur ces actes passé, bref un perso trop beau pour être vrai: soldat de renom et de talent, homme de cur et d'honneur, mais aussi homme intelligent et lucide malgrès un respect de la parole donnée et la fidélité son allégence qui le conduiront à sa perte... Il avait tout pour devenir le héro charismatique qui arrive en cours de route, mais en fin de compte, c'est lui qui devient le martyr de FF6 :sad:

 

Kefka, haaa Kefka... grâce à ce dément, j'en suis venu à aimer même les rires d'Albedo (même si en dehors de ses rigolades forcées, sa voix reste excellente, mais là est un autre débat ;) )... De tous les méchants de RPG, celui là est mon préféré avec Albedo justement et peut-être Jowy...

 

Bref, Kefka, le clown, le Charles Manson, le Nicholson de FF6, le taré, le dingue, l'assassin, le traître, le tortionnaire, le fou, le dieu cinglé, celui à côté de qui Sephiroth ressemble à un gamin en crise d'adolescence.... On sait pas grand chose de son âge, a-t-il été transformé en sorcier à l'âge adulte ou bien a-t-il été crée comme Celes comme l'empereur le suggère à un moment? Bref, Kefka, le bras droit, l'âme damné de l'empereur, celui qui est devenu sont garde raproché, qui a écarté tous les proches de l'empereur, qui l'a flatté pour mieux l'isoler, celui qui oscille entre une folie proche de la bêtise (envoyé en mission diplomatique chez un allié et accessoirement grande puissance technologique et militaire, il trouve rien de mieux que de provoquer une guerre :dry: ) et un machiavelisme ainsi qu'une absence de sentiment pour le genre humain effrayant... Au final sa trahison de l'empereur ne sera pas tant par volonter de régner que de faire le plus de mal possible. Une fois parvenu au somet, il se lassera de la vie et se mettera à tout détruire par jeu, par plaisir.... Kefka est un négationniste, un être qui nie sa propre existence, un personnage qui ne sait pas trouver l'usage à ses pouvoirs, qui laisse la folie l'emporter de plus en plus profondément, qui réagis en autiste et ne comprend pas que d'autres êtres vivants et pensant existent, et qui au final cherche une raison qui transcande toute l'existence, une chose eternelle à laquelle se réferrer, une autorité à craindre à nouveau, et il ne trouve que le vide, la folie de vouloir tout détruire et l'absurdité d'une confrontation qu'il a voulu et attendu.... Peut-être en fin de compte cherche-t-il à la fin de FF6 quelqu'un pour le tuer, que le dernier combat est une forme de suicide, qu'il attend l'arrivée des 12 protagonistes pour qu'ils mettent un terme à sa misère, et que c'est pour cela qu'il n'utilise pas la lumière du jugement avant leur arrivée et qu'il ne vise pas directement les grandes villes de FF6, en fin de compte, il provoquent les héros pour qu'ils le tue.

D'ailleurs, je ne peut m'empêcher de toujours noter les points commun entre Terra et kefka, Kefka étant un peu une version sombre de Terra, Kefka serait comme l'aurait été Terra si elle n'avait pas pris sur elle, il serai effrayé par le monde, et refuserai d'affronter, préférant tout démolir comme un enfant en colère.... Un personnage sombre, et beaucoup plus torturé et complexe qu'il n'y paraît, en bref, un personnage mémorable, l'empereur des bad guys de RPG: Kefa. :p

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oulalah, je me dis que je vais laisser tomber Lufia 2 (que j'avais déjà à moitié laisser tomber... parce que bon, reconnaissons-le, même au bout de 20h de jeu, il est pas vraiment terrible... - mais là n'est pas le débat -) et je vais me remettre à FF6. C'est marrant, je me rends compte que, ça fait des années que je n'ai pas fait le jeu (certainement pas depuis 97 en tout cas) et j'ai l'impression que des détails m'ont échapés - l'alcoolisme de Setzer notammnt - ou que je les ai sans doute oubliés). Alors, je ne me prononcerais pas trop pour le moment, et je vais me refaire FF6 tiens (en prenant des Screenshots, ouais !!)

 

@ Eolia : "moi j'prefere Celes"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens, c'est marrant, mais dans mes souvenirs, c'était Ennix qui racontait ça, mais en fait :

 

Setzer a toujours eu ma préférence. D'une part parce que c'était la première fois que je prennais conscience du travail mature opéré sur un perso de jeu vidéo. Jusqu'alors je pensais que c'étaient des persos destinés aux plus jeunes, et là je me suis retrouvé à un alcoolique suicidaire au bord du gouffre

 

C'est de Reed.

 

Je me suis refait le jeu il n'y a pas longtemps, et je me dis quand même que tu extrapoles à fond, là... J'ai pas eu le temps de (re)creuser la seconde moitié du jeu, mais de ce que j'ai (re)vu du jeu, rien ne permet d'affirmer que Setzer est au bord du gouffre, et encore moins qu'il est alcoolique. Que la perte de Daryl l'ait marqué est une chose, mais on ne le voit jamais saoûl, on ne le voit jamais boire... Comment en devient-il alors alcoolique ?

 

Par contre, c'est grave, mais en me refaisant le jeu, j'ai été déçu. En 6 ans, j'ai pas mal évolué, et ce qui me paraissait l'un des meilleurs jeux, même s'il est encore génial, a, je trouve, bien mal vieilli (je ne parle pas de graphismes ou de musiques, mais de mise en scène). Alors qu'aujourdh'ui on a les cinématiques illustrants les passages forts d'un jeu, là, on a soudain du mal à accrocher et à se mettre dans l'ambiance. Le chateau de Figaro semble "effrayé" (oui, un chateau, ça s'effraye pas d'habitude, je sais) par un petit incendie de rien du tout alors qu'il nous faut imaginer une attaque de l'Empire et son peuple pris dans la panique ; La mort de Leo se résume dans un "crac" alors qu'on aurait droit à présent à une scène au ralenti montrant l'effroyable moment ; Locke, devant Rachel, nous fait difficilement partagé sa tristesse alors qu'on pourrait le voir le coeur serré et le visage plongée dans la tristesse, etc, etc... En plus, quand on sait où il faut aller, le scénar est super court... A peine une dizaine d'heure pour finir le premier monde, et le second n'a pas de durée minimum (puisque, scénaristiquement parlant, c'est "celes se réveille, retrouve ses compagnons, va casser le cul de Kefka", après, ça s'étoffe, certes, les perso s'étoffent on va dire, mais le scénar, il n'avance pas beaucoup plus que ça).

 

Autant quand je me suis refait une partie de FF7 ou 9 il y a quelques mois de celà, j'ai éprouvé pas mal de plaisir à suivre le scénario à nouvau, autant là, le seul plaisir que j'ai éprouvé, c'est de voir que mon maniement du jeu s'était amélioré, mais, malheureusement, c'est tout -_-

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est de Reed.

 

Ça aurait aussi bien pu être de moi, puisque pour le coup, je suis entierrement d'accord avec Reed:

 

Setzer est un suicidaire alcoolique au bord du gouffre:

 

Il est suicidaire parcequ'il rejoint Celes & Cie alors qu'il n'a aucun intêret à combattre l'Empire et qu'il n'a aucune vengeance personnelle en court (ce qui n'est pas le cas de Locke, Edgar ou Cyan par exemple)

Il est alcoolique parcequ'on le retrouve dans un bar, paumé, pas très sûr de lui, une vrai loque.

Il est au bord du gouffre parcequ'il n'a plus de but dans la vie depuis que Daryle a été perdue dans la stratosphère et que tous ses actes sont ceux d'une suicidaire alcoolique :molo:

 

 

 

En fait: tu a un problème Spart, et il va falloir te soigner dare dare: à force de bouffer du Xenosaga et du jeu 128 bits: tu sait plus faire marcher ton imagination, tu sais plus lire entre les lignes et les pixels, tu commence à devenir comme les jeunes joueurs à qui il faut du texte en pagaille, de la mise en scène de type cinéma, des décors hyper détaillés: tu veux que le jeu te file tout clefs en main sans que tu ai toi, besoin d'utiliser ton cerveau pour voir ce que les créateurs d'un jeu ont voulu mettre.

 

Quand ma mère me voyait jouer à Zelda1 sur Nes, elle m'imaginait complètement zombifier, parceque je passais des heures à regarder ce qui pour elle n'était qu'un carré vert se déplacer entre des blocs marrons et gris et faire des Humg, fluischt, bruloum, tluning quand il croisait des carrés bleux ou rouges.

Mais moi, je voyais un adolescent (dans ma tête, Link a toujours 13 ans, allez savoir pourquoi) se déplacer dans des forêts gigantesques, les arbres morts étaient gros comme des immeubles, les bouches étaient des ouvertures gigantesqtes dans lesquelles je SAVAIS que 12 personnes auraient pu passer de front. Les labyrinthes étaient des ruines terrifiantes: je ne voyais pas un écran vu de haut, mais je m'imaginais sans peine à la place du pov' link à rentrer dans des pièces qui, cela va sans dire, pouvaient faire des dizaines de mètres de côté, et être peuplées de monstres capables de me trancher en menus morceaux sans peine. Ma mère voyait une boule de 8 pixels de côtés, mais MOI, je savais qu'il s'agissait d'une énorme chose de deux mètres de haut et de 6 de large, de même que je savais qu'il n'y avait pas qu'un seul personnage dans chaque grotte mais des dizaines condamnées à vivre dans des souterrains. Là où ma mère voyait des trucs marron crades; je voyais Link traverser des canyons profonds de plusieurs centaines de mètres pour déboucher sur un plateau où des alignements de statues s'étiraient sur des kilomètres et des kilomètres et des kilomètres... de même que les deux rochers du spectacle n'étaient pas deux tas de m... posées sur un écran télé mais deux monstres de pierre qui auraient fait passer Aiers Rock pour un petit caillou.

Bref, je jouais pas à Zelda1, je rêvais l'aventure du gamin vert et c'est pour ça que je prenais autant mon pied.

Au tout début, quand les capacités techniques et la place de stockage des données obligeait les créateurs de jeu à faire moins de texte, moins de paillette, moins de mise en scène, c'était le joueur qui faisait marcher son cerveau pour combler les vides.

Beaucoup de jeux sont basés sur ce deal entre le créateur et le joueur: les Zelda, les Suikoden, les Arc, les anciens FF, les Phantasy Star.

Pas étonnant d'ailleurs que tu n'ai pas aimé Lufia...

 

En fait, je vais illustrer ton problème aec un exemple: dans Suiko premier du nom, tu retourne au village des elfes et tu vois un arbre cramé. Reed, lui, va voir un général possédé envoyer une armée massacrer tout un peuple qui vivait pourtant avec les humains depuis des siècles. Il verra les traces de dizaines de milliers de soldats envoyés perpétrer un génocide, et il verra Tyr McDohl écarquiller les yeux sans oser croire que c'est un ami de son père, un homme qu'il connaît depuis la petite enfance qui est responsable de ce massacre.

Toi tu vois un arbre cramé, lui voit le Rwanda. c'est là toute la différence.

 

C'est donc ton problème Spart: Tu est en train d'oublier que quand on joue, surtout à un RPG, il faut inventer sa propre histoire, rêver le jeu autant que le traverser: Tu crois que Vector c'est 3 maisons ou une mégalopole de 30 millions d'âmes, construites à la va-vite au milieu d'un continent pour soutenir l'effort de guerre dément d'un empereur qui cherche de manière maladive à marquer l'histoire de sa présence? Tu crois qu'il n'y a qu'une petite douzaine de villes habités dans le monde de FF7 ou des milliards d'habitants invisibles mais pourtant bien là?

Tu crois que Aveh se limite à sa capitale, une ville minière et un village en ruine ou rassemble des millions d'habitants?

 

Mais bordel: un jeu ne montre jamais la totalité du monde qu'il décrit: rêvez ce que vous jouez! utilisez votre tête pour combler les trous enfin :sad:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et c'est moi qui ai un problème ? :molo:

 

Bin, je suis désolé, je suis pas d'accord... Quand FF6 veut nous représenter le garde à moitié endormi qui veille sur Celes, on nous montre un mec à moitié somnanbule qui délire dans son sommeil, quand on nous montre un vieux qui fait diversion, on voit un gars qui saute dans tous les sens et dit n'importe quoi, quand on veut montrer que le père de Gau n'a pas toute sa tête, on nous montre un vieux bonhomme qui vit dans sa maison et tient des propos incohérents et quand, d'après vous, on nous montre un alcoolique au bord du gouffre, on voit un mec qui n'a même pas une bouteille sur la table, qui a tous ses esprits et qui, du tac au tac, te répond "youhou, c'est parti !", bin écoute, à l'époque, il fallait faire travailler son imagination, je veux bien, mais FF6 était tout à fait capable de faire ressentir les émotions des personnages.

 

Que tu me dises que Locke est un gars qui veut empêcher que les erreurs du passé se reproduise, je te crois bien, que tu me dises que Cyan est déséspéré par la mort des gens de son palais et surtout de sa femme et de son fils, je veux bien, que tu me dises que Shadow a décidé de "tuer ses émotions" pour fuir son passé, je te l'accorde, mais après, Setzer, j'ai un doute...

 

J'edite :

 

tu sait plus faire marcher ton imagination, tu sais plus lire entre les lignes et les pixels, tu commence à devenir comme les jeunes joueurs à qui il faut du texte en pagaille, de la mise en scène de type cinéma

 

Bin, c'est pas une question de "plus savoir faire marcher mon imagination", j'ai toujours été plus film que livre, je préfère m'en prendre plein les mirettes et plein les oreilles. C'est pas une question d'avoir un truc beau mais creux, non, non, juste un truc beau et bon... Y a pas de mal à être exigeant, surtout que les jeux d'aujourd'hui peuvent répondre à ça. Ca s'appelle évoluer ma foi...

 

Concernant Lufia, j'ai pas aimé parce que les combats sont pas terribles et le scénar ne décolle pas. Pas la faute des jeux récents, j'ai fait FF3 après FF8, ça ne m'a pas pour autant empêcher de l'apprécier particulièrement...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben le point qui me déplait le plus dans FF VI, c'est l'incohérence du décollage du 2ième monde : ok, comme l'a dit Ennix, on avait pas trop de place pour les textes, mais quand même, on aurait pu avoir droit à une petite scène entre Sabin et Celes quand celle-ci le retrouve et sort de la maison, on aurait pu avoir une autre scène entre Celes et Locke, on aurait pu nous expliquer pourquoi Relm revient sans avoir fini sa peinture et pourquoi elle continue le combat avec son grand-père alors qu'ils peuvent rentrer chez eux...On n'a pas l'impression qu'ils croient que'ils ne se reverront jamais depuis un an que la catastrophe est arrivée, on a plutôt l'impression que ça fait quelque jours qu'ils sont séparés, et qu'après s'être retrouvés ils font : "Te revoilà ! Tu vas bien ? Bon, on y va !"...C'est assez bâclé je trouve.

 

De même, je n'aime pas trop le fait que Locke tombe comme ça amoureux de Celes alors qu'il voyage plus pour trouver Phenix que pour chasser des trésors qui ne doivent rien valoir à ses yeux par rapport à la vie de Rachel...C'est pas logique, et ça me plait pas, même si j'aime beaucoup Locke et Celes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Locke tombe probablement amoureux de Celes, mais il ne consomme pas, même si l'autre bidasse blonde serait probablement d'accord. Or, si il passe pas à l'acte alors que la demoiselle est pas opposée, c'est justement à cause de Rachel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.
Remarque : votre message nécessitera l’approbation d’un modérateur avant de pouvoir être visible.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×
×
  • Créer...